visites de visiteurs

Les Verts des Pays d'Evreux Avre et Iton

_____________________________________________

vendredi 31 août 2007

Cette fois-ci, les ours et les loups n'y sont pour rien

1 mn 30 de vidéo pour se demander à quoi ça sert ?

Punition du chien par ses bergers, brebis mise à pourrir dans la rivière. Que du naturel en sorte !


Visionner sur : http://www.loup.org/spip/Des-bergers-pris-en-flagrant-delit,828.html



jeudi 30 août 2007

Les Verts et le Grenelle de l'environnement : Intervention de Arnaud Gossement Porte-parole de France Nature Environnement

La plénière de clôture des journées d'été des Verts à Quimper avait pour thème : Vers une société écologiste, Grenelle de rupture ou Grenelle de dupes ?

Si quelques rares environnementalistes se posent encore la question, toutes les grandes organisations écologiques ont répondu à l'appel des Verts : Face aux urgences environnementale, sociale et démocratique nous vous invitons à co-élaborer un projet écologique de transformation sociale pour le XXIème siècle. Des chercheurs, des intellectuels, des syndicats répondent eux aussi favorablement à cette invitation.

Les journées d'été des Verts ont été l'occasion d'inaugurer un nouveau cycle de mise en commun de nos connaissances, de nos réflexions, de nos énergies.
Arnaud Gossement, Porte-parole de France Nature Environnement est venu apporter le témoignage de cette grande fédération d'associations dont Sébastien Genest (notre photo) assure la présidence.

Après avoir remercié les Verts d'avoir organisé cette plénière sur le Grenelle de l'environnement, Arnaud Gossement précise les raisons pour lesquelles FNE a souhaité participer à ce Grenelle.

"Pour FNE, le Grenelle de l'environnement ne correspond que de très loin au Grenelle de 1968. Depuis 1968 qui est aussi la date de la création de la fédération, FNE revendique d'être considérée comme des partenaires qui ont une capacité d'expertise, la capacité de faire remonter des informations soit de terrain, soit internationales, et qui ne serve pas ensuite de caution à des choix comme par exemple de participer à un débat public sur le nucléaire alors que la décision est déjà prise. Le Grenelle offre une occasion de regrouper autour d'une même table la plupart des acteurs qui habituellement ne se parlent pas si ce n'est que par médias interposés. C'est une chose que d'avoir des slogans, c'est autre chose que de confronter les idées, d'essayer de comprendre quelles peuvent-être les difficultés rencontrées par les autres acteurs, de faire état de nos propres difficultés, et d'arriver à profiter de l'expertise des uns et des autres. FNE n'a pas l'expertise sur tous les sujets en matière d'environnement et c'est bien d'entendre comme nous venons de l'entendre celle de la Fondation Sciences Citoyennes ou de Greenpeace. C'est ce dialogue entre tous les acteurs concernés par l'environnement qui nous intéresse et qui fait que nous y participons..."



C'est dans cet esprit nous envisageons d'aborder les Assises de l'écologie politique certes, mais aussi que nous souhaitons entreprendre le dialogue et les confrontations nécessaires à la préparation des municipales et des cantonales de mars 2008. Et c'est dans cet esprit que nous invitons associations, syndicats, citoyens à susciter des espaces de rencontres, d'échanges et de débats, en d'autres termes à s'ouvrir et à ouvrir des espaces démocratiques.

La carte des risques de pollution OGM


Nous avons actuellement répertorié 50 emplacements où les tests au Mon810 se sont révélés positifs.
Chacun de ces emplacements est une menace pour l'environnement, pour les cultures voisines et pour les abeilles qui vivent à proximité.

Cliquez sur la carte ou sur le bandeau pour en savoir plus

mardi 28 août 2007

Assises de l'Ecologie Politique d'Evreux

Les Journées d'été des Verts à Quimper (Kemper) n'ont pas eu d'écho retentissant dans les médias nationaux, la place étant occupée soit par les frasques de président Sarkozy en proie à ses incessantes et impatientes démangeaisons que lui provoquent les faits divers de l'actualité, soit par les tentations égocentrées de quelques notables du parti socialiste. Tout se passe comme si l'écologie politique et son devenir n'importait plus.

Et pourtant il n'est qu'à lire la presse régionale ou à entendre les échanges des nombreux débats (en ligne pour bon nombre d'entre eux ici ) pour comprendre que le parti des Verts vient de vivre un moment historique qui marquera le point de départ de l'inscription de l'écologie politique au coeur d'un véritable projet de transformation sociale pour le XXIème siècle. Ce projet sera le projet de la gauche pour le XXIème siècle, les mois à venir vont voir éclore ses ambitions.

Pour que les Verts puissent porter ce projet, il nous fallait rénover le parti, simplifier son fonctionnement, organiser l'accueil et la formation de ses futurs militants. Les grandes lignes de la refondation ont été définies au cours de trois plénières et de quatre ateliers de recherche.

Il fallait aussi qu'un calendrier de mise en oeuvre soit envisagé pour ces transformations ; l'objectif visé est la fin de l'année 2007, voire le tout début de 2008. Et sur les 1 300 militants et cadres du parti présents à Kemper, rares furent les déçus, et tout au contraire, c'est un vent d'optimisme qui s'est remis à souffler et à gonfler les voiles du mouvement écologiste.

C'est ainsi que Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts fixe, dans son discours de clôture, l'objectif de victoire en 2012 et projette les moyens de sa réalisation, en lien avec l'ensemble de l'Europe dont nous avons évidement besoin. Elle interpelle les partis de gauche et demande :

" Lorsque nous disons que l'avenir de la gauche ne peut être que écologiste, que dites-vous ? Tous ceux qu'a désespérés le 6 mai attendent avec impatience que nous travaillions à l'avenir. Et pour commencer, parlons des institutions ensemble, parlons du Grenelle de l'environnement ensemble.

Le défi des Verts c'est de rappeler qu'il faut transformer la société en profondeur. Pour répondre à ce défi nous devons construire un parti à la hauteur des enjeux. Nous devons redire le sens de l'engagement politique. Nous devons être à l'écoute des nouvelles attentes démocratiques de nos concitoyens et être en capacité d'innover. Nous dialoguerons avec l'extérieur, mais nous allons aussi préparer l'avenir avec les Assises que nous avons décidées. Certains d'entre vous, je pense à Évreux, l'ont déjà expérimenté et nous devons multiplier ces initiatives de débat et de convergence. Nous devons poursuivre le dialogue qui s'est renforcé lors de ces dernières campagnes et renouer avec ceux avec qui il s'est interrompu.

Notre priorité collective doit être de porter la parole écologiste constructive et enthousiaste grâce aux listes Vertes et Ouvertes lors des élections municipales de mars 2008. Car les élus Verts l'ont prouvé, nous avons la capacité de faire évoluer les politiques municipales.

Résister c'est créer, créer c'est résister. Je souhaite que ce thème des journées d'été devienne celui des années qui viennent. Faire de la politique, croire en la politique, c'est penser que chacune et chacun peut agir, qu'il peut peser sur la société, qu'il peut la transformer, qu'il peut refuser la mise en péril de notre humanité."

Je ne paraphraserai donc pas Cécile Duflot, son message est clair et porteur de la volonté des Verts. Nous avons deux grands rendez-vous, nous le peuple de l'écologie et pas seulement les Verts, ce seront les Assises de l'Ecologie Politique et les Municipales. Et soyons convaincus que ce n'est pas une seconde place que nous allons y chercher.


Les cartons de la semaine du 23 au 30 août 2007

Rubrique proposée par Jacqueline Fihey
et Jean-Yves Guyomarch


Cette semaine, les cartons sont « caméléonesques » :





Le premier carton est Jaune, mais pourrait devenir Vert : l’idée que Évreux soit candidate au label « VILLE ET PAYS D’ART ET D’HISTOIRE » est alléchante. Comment ne pas être d’accord avec l’objectif : améliorer l’image de la ville ? Mais seul le développement touristique semble visé. Soyons plus volontaristes et ambitieux : c’est l’image de la ville vue par ses habitants qui est à restaurer pour les uns, à améliorer pour d’autres, et à faire naître pour tous ceux qui nés dans un « quartier » ne se considèrent même pas Ébroïciens !


Le deuxième carton est Vert, avec toute la palette des nuances de cette couleur pour encourager à toujours plus accroître la diversité culturelle et en faciliter l'accès : « Place aux cinémas », Festival du Livre et de la Bande Dessinée ( organisé par l’association L’Eure du Terroir, Circus Parade (proposé par les associations Atout Cirque et Compagnie 2) et les festivals de musique de plus en plus nombreux dans l’Eure, qui permettent l’émergence de petits groupes locaux : Conches, Verneuil, Breteuil, les Andelys, Grossoeuvre et Évreux.


Le dernier carton est Vert-espérance : Évreux serait la seule ville de France à dédier à temps complet un poste d’agent municipal au service des personnes atteintes de surdité. L'initiative née sous Roland Plaisance n’a cessé de se développer jusqu’à aujourd’hui. Déjà une quarantaine d’Ébroïciens en bénéficient et on estime à 150 le nombre de personnes concernées sur l’agglomération. Voilà une innovation propre à améliorer l’image de la Ville. Si cela pouvait aussi permettre à notre maire de pallier à sa dureté d’oreille, afin qu’il entende les associations de La Madeleine à propos de la restructuration du quartier ! Mais, ne dit-on pas qu’il n’est de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ?


lundi 27 août 2007

Les Verts mettent le cap sur la rénovation et les municipales

Par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Les Verts doivent se réformer en profondeur d'ici la fin de l'année afin d'être en ordre de bataille pour les élections municipales, traditionnellement favorables au parti écologiste, estime Cécile Duflot.

Trois mois après les mauvais scores de son camp aux scrutins présidentiel et législatifs, la secrétaire nationale des Verts tire un bilan positif des Journées d'été de son parti à Quimper (Finistère), où ont afflué près de 1.300 sympathisants.

"Ça fait cinq ou six ans qu'on n'avait pas vu autant de monde, j'ai moi-même été surprise", a-t-elle déclaré à Reuters, au terme de quatre jours de débats en Bretagne.

"On était abattus, forcément, après ces deux défaites, et tout le monde avait besoin de se retrouver pour réfléchir, faire le bilan et préparer la suite", a souligné celle qui a pris les rênes du parti écologiste en décembre dernier.

Les Verts, qui comptent une quarantaine de maires en France, ont fait élire quatre députés aux dernières législatives.

Pour Cécile Duflot, la nécessaire réforme du parti écologiste, miné par les querelles internes ces dernières années, doit avoir lieu "très rapidement" et si possible "d'ici la fin de l'année".

Pour la secrétaire nationale de 32 ans, la priorité est double : réformer les instances du parti et bâtir un projet cohérent à même de séduire de nouveaux électeurs.

"Il faut s'opposer à (Nicolas) Sarkozy en reconstruisant un projet alternatif. C'est comme ça, sans esprit de boutique, qu'on pourra faire gagner la gauche et les verts", dit-elle, un oeil rivé sur les affrontements actuels au Parti socialiste.

PROJET FORTEMENT ÉCOLOGIQUE

"Il ne faut pas s'appesantir sur les querelles internes, sur l'âge du capitaine ou le casting, mais sur la manière de bâtir un projet collectif. On ne gagnera à gauche que rassemblés, avec une diversité mais une cohérence, et avec un projet fortement écologique", estime-t-elle, reprenant les termes de son discours de clôture prononcé dans la matinée à Quimper.

C'est dans cet esprit que la secrétaire nationale aborde les municipales, "avec la volonté de construire des listes vertes, dans la perspective de coalitions et d'une majorité à gauche".

Côté rénovation des statuts, l'objectif est d'éviter les blocages à répétition.

"Il faut empêcher des écuries de paralyser le fonctionnement du parti. Il faut qu'on arrive à élire notre direction en même temps que la motion d'orientation à l'assemblée générale, directement par l'ensemble des adhérents, et aussi améliorer nos capacités de formation", énumère-t-elle.

A Quimper, les militants Verts ont aussi réfléchi sur leur rôle dans le projet gouvernemental "Grenelle environnement", qui devrait déboucher à l'automne sur une vingtaine de plans d'action dans les domaines de l'énergie, de la biodiversité et de la santé. Une loi sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) pourrait aussi naître des réflexions en cours.

Plusieurs responsables et élus verts, dont la sénatrice du Nord Marie-Christine Blandin et le député de Loire-Atlantique François de Rugy, participent aux groupes de travail mis en place avant l'été par le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo pour préparer ce rendez-vous.

"Notre place est double, un pied dedans, un pied dehors", dit Cécile Duflot, qui explique que si les Verts ont accepté de participer aux débats, ils restent vigilants.

"On n'est pas naïfs. Jean-Louis Borloo a confirmé que les projets seraient soumis à l'arbitrage du président donc on ne se fait pas grande illusion", dit la secrétaire nationale.

C'est pourquoi, ajoute-t-elle, les Verts et plusieurs associations ont mis en place un groupe de suivi chargé d'analyser au jour le jour ce qui se prépare et d'élaborer, le cas échéant, des contre-propositions.


samedi 25 août 2007

Une entreprise respectueuse dans une économie Verte

Une entreprise respectueuse dans une économie Verte, c'est le titre de la plénière de vendredi matin dont je ne parlerai pas dans le message de ce jour, mais que j'aborderai en détail dans les jours prochains.

La journée de vendredi est riche en diversité et il est difficile d'assister à toutes les plénières et de participer à tous les ateliers que l'on souhaiterait. Les choix sont donc difficiles, et c'est ainsi que mon rendez-vous d'hier soir sur ce blog a été reporté à ce matin. Non pas que la plénière sur les migrations, et notamment la question nouvellement posée des réfugiés climatiques ne soit pas interessante (la salle est à nouveau comble), mais dans le cadre de la Ligue des droits de l'Homme j'ai eu plusieurs fois l'occasion ces derniers mois d'aborder longuement ces questions.

Ceci nous ramène donc à la pleinière de jeudi en fin d'après-midi, Quel parti pour le peuple de l'écologie politique ? La longue période électorale qui vient de se terminer a non seulement déçu le parti des Verts, mais l'a même déstabilisé. Est-ce la crise de l'écologie politique, la crise du politique en général, la fin d'une période marquée par le positionnement à gauche, la rupture au moins partielle entre les Verts et le peuple de l'écologie ? Les questions sont multiples, les approches parfois tranchées, les bilans encore à tirer. Au moment où les Verts sont bien décidés à remettre en cause leur fonctionnement et leur approche du politique, les expériences d'autres Verts peuvent contribuer positivement à la réflexion. En effet, même si la forme des régimes induit en partie les pratiques politiques, l'existence d'un parti vert européen où les cultures et les expériences s'échangent, et les pratiques de gestions différentes qu'expérimentent nos amis des partis belge, italien et allemand ont donné matière à réfléchir et à innover.
Animée par Danielle Auroi, membre du Collège exécutif, déléguée aux questions européennes, sont intervenus Juan Behrend, secrétaire général du Parti Vert Européen ; Daniel Cohn-Bendit, co-président du Groupe des Verts/Alliance Libre Européenne au Parlement européen ; Jean-Marc Nollet, député fédéral, chef de groupe Ecolo - Groen ! (Belgique), Marguerite Contat-Hickel, Conseillère municipale de la ville de Genève et présidente des Verts de Genève.





Salle archi comble donc pour cette plénière (350 personnes ont suivi les débats en extérieur), salle archi comble pour la plénière du soir : Refonder ? Dissoudre ? Réformer ? Revivifier ? Rénover ? Reconstruire ? … ensemble… Parce que nous voulons que les Verts changent, en mieux, pour être à la hauteur des enjeux du 21ème siècle, le Collège Exécutif nous a proposé à tous un premier temps d’échange collectif. Co-animé par Mireille Ferri et Christophe Rossignol, sont intervenus Martine Billard, Yves Cochet, Daniel Cohn-Bendit, Cécile Duflot, Noël Mamère, Dominique Voynet...


Ces deux plénières ont jeté les bases du travail de réflexion sur la rénovation et l'ouverture du parti des Verts qui va se dérouler lors de 4 ateliers vendredi et samedi qui aboutiront ce soir à la synthèse de tous ces échanges. Quel parti Vert pour le XXIe siècle ? Cette plénière sera le moment fort du lancement de la réforme dans lequel tous les Verts sont appelés à s'engager dès là rentrée. Elle doit nous permettre de faire émerger les problématiques incontournables auxquels nous sommes confrontés, pour aboutir à un processus de réforme complet incluant structure, projet politique et stratégie. Cette session permettra enfin, d'établir une précieuse synthèse de l'ensemble des ateliers où chacun est appelé à s'exprimer.
Experts et grands témoins : Erwan Lecoeur, sociologue et ancien directeur scientifique de l’Observatoire du Débat Public ; Gilles-Laurent Rayssac, directeur de Res publica, conseil en management des parties prenantes ; Stéphane Rozès, enseignant à l'Institut d'Études Politiques de Paris, et directeur général adjoint de l’Institut CSA ; Yves Sintomer, professeur de sociologie (département Sciences politiques, Université Paris 8), directeur adjoint du Centre Marc Bloch (Berlin, CNRS), chercheur et membre associé de l’UMR Cultures et Sociétés Urbaines (CNRS/Université Paris 8).

Et pendant cre temps ateliers et forums thématiques continuent à labourer, herser, semer, mais sans intrants chimiques, le terreau de l'écologie politique.

Vous pouvez entendre ou voir et entendre plénières et forums sur le site : http://jde.lesverts.fr/index.php?Bienvenue

C'est presque comme si vous y étiez !

jeudi 23 août 2007

Lancement des Journées d'été des Verts

Après une intense journée de formations, les Verts ont pris pieds dans la capitale du Finistère et c'est fringants que nous nous sommes retrouvés à 8h45 dans la salle du Chapeau Rouge qui accueillera toutes les plénières de cette semaine.


Cécile Duflot, Secrétaire nationale, Daniel Le Bigot, porte-parole des Verts Kemper et Michel Rolland, président des Vert-e-s de Bretagne nous ont donc accueillis comme il se doit avec un mot de bienvenue en Breton puis ont salué toutes les personnes " sans qui ces journées n'auraient pas pu exister " et notament tous les bénévoles qui ont accompli un travail remarquable.



Cécile Duflot prévient que nous suivrons avec attention "le grand tintamarre" du Grenelles de l'environnement, mais que la question essentielle qui nous préoccupera pendant ces journées d'été sera " Quel projet pour le XXIème siècle, quel outil pour ce projet ? "

La plénière de cette matinée avait pour intitulé : " Sortir des pesticides ". La parentée d'expression avec celle du " Sortir du nucléaire " a pu prendre toute son étendue grâce aux interventions de Gérard Borvon, membre de la Commission Environnement, président de l'association S-eau-S, Maria Portugal, membre du Collège exécutif, déléguée à l’Environnement, à la Santé, à l’Agriculture et à la Mer ; André Cicolella, responsable de la Commission Santé ; Pascal Dacheux, responsable de la Commission Agriculture, ainsi que Marie-Line Groevius, élue Verte du Conseil régional de Guadeloupe ; Paul Hascoët, agriculteur bio et président de la Maison de la Bio ; Pascale Loget, élue Verte au Conseil régional de Bretagne, en charge de l’Agenda 21 ; Jean-François Piquot, porte-parole d’Eau et Rivières de Bretagne ; François Veillerette, président du MDRGF et auteur de “Pesticides : révélations sur un scandale français”.

C'est François Veillerette qui entame le propos en nous présentant les résultats des dernières études scientifiques. Je n'en retiens ici que quelques uns (chacun se plongera utilement dans son livre cité ci-dessus) pour ne pas démoraliser la France (que dis-je la France, l'Europe..., le monde !) entière ce soir. A savoir : 96 % des points surveillés en rivières contiennent des pesticides ; 61 % des points en eaux souterraines ; 9 % de la population française a été alimentée en 2003 par des eaux au robinet en dépassement de seuil de conformité ( et ça ne s'est pas amélioré depuis) ; les 3/4 des produits phytotoxiques partent dans l'air ( 20 pesticides différents recensés dans l'air du quartier des Halles à Paris qui n'est pourtant pas prôche de champs cultivés) ; l'air des maisons contient en moyenne 4 pesticides différents ; 50 % des aliments végétaux contiennent des résidus et 8 % dépassent les seuils limites ; 78 % des premières selles après la naissance des bébés sont contaminées... Pour plus d'informations, consulter http://www.mdrgf.org/



Jean-François Piquot, porte-parole d’Eau et Rivières de Bretagne est venu présenter aux Verts 10 propositions législatives que cette formidable association souhaite voir porter par nos parlementaires à l'Assemblée Nationale et au Sénat. Sur ce point aussi, on ne peut que conseiller une visite sur le site http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/


Marie-Line Groevius, élue Verte du Conseil régional de Guadeloupe est venue quant à elle relancer la question de ce pesticide interdit partout en Europe, mais qui a reçu une autorisation dérogatoire pour la banane de Guadeloupe et de Martinique le chlordécone. Un conseil donc, n'achetez plus que de la banane bio (lorsque les bananes reviendront sur le marché).

Pour ma part, j'ai participé en début d'après-midi à un atelier qui aurait dû se dérouler avec Pierre Radanne et qui avait pour intitulé " Pédagogie de l'action ". Si Pierre n'a pas pû animer cet atelier, le groupe d'une quarantaine de personnes n'en a pas été pour autant troublé. Nous avons questionné les types de discours traitant du réchauffement climatiques pour tenter d'imaginer quel monde "enchanteur" sera celui de demain. Les échanges ont été riches et plusieurs exemples de réalisations ou de techniques d'animation et d'échanges ont été disséquées. Tout celà nous sera bien utile pour les municipales et je réserve la primeure de ces informations pour CHAMPS LIBRES.

Ce soir, un autre grand moment va réunir en plénière la plupart des Verts de Quimper : Refonder ? Dissoudre ? Réformer ? Revivifier ? Rénover ? Reconstruire ? … ensemble… Parce que nous voulons que les Verts changent, en mieux, pour être à la hauteur des enjeux du 21ème siècle, le Collège Exécutif propose à tous un premier temps d’échange collectif. Co-animé par Mireille Ferri et Christophe Rossignol, avec Martine Billard, Yves Cochet, Daniel Cohn-Bendit, Cécile Duflot, Noël Mamère, Dominique Voynet... de belles tirades en perspective.

Quant à ceux qui seront un peu trop fatigués, il pourront se rendre au cinéma pour y voir "Marée Noire, colère rouge" (tarif préférentiel 4 € pour les participants aux journées d'été)réalisé par René Vautier, primé meilleur document mondial filmé de l'année 1978.




mercredi 22 août 2007

Journées d'été des Verts à Quimper - Affluence et Motivation


En ce mercredi ensoleillé, c'est une journée consacrée essentiellement aux formations des élus et des cadres des Verts qui entamme ces journées d'été décidément prometteuses. Qu'il s'agisse de communication, de bilan de mandats, de réforme des permis de construire, d'écotourisme, de projet ville-santé, de tarification de l'eau, de l'action économique des collectivités locales ou du sport dans la vie des territoires, etc. , tous les ateliers de formation affichent complet. Il ne reste plus aux retardataires qu'à visiter les expositions que proposent les deux musées de Quimper qui nous invitentent dans l'univers surréaliste de Yves Tangy au musée des beaux-arts



ou bien encore dans celui de Bernard Buffet au musée départemental breton.










...Ou bien encore rejoindre le cybercafé des Verts et l'un de ses 21 ordinateurs connectés sur la toile.


Allez, Kenavo... et à demain



Les cartons de la semaine du 15 au 22 août 2007

Rubrique proposée par Jacqueline Fihey et Jean-Yves Guyomarch

Bien triste semaine, et il ne s’agit pas de la météo !…



Carton rouge, couleur de la colère et de la honte, pour une nouvelle arrestation et expulsion « express » à Evreux : arrêté voici 15 jours, et titulaire d’un ARPF valable un an, Samuel G, arménien a été emmené de force samedi matin, torse nu, en chaussons, sans pouvoir embrasser ni sa femme enceinte, ni ses 3 enfants (12,10 et 7 ans). Par 2 fois il avait refusé d’embarquer. Cette fois, davantage de policiers, pas de soutien des passagers de l’avion, le commandant a accepté de l’embarquer… Cet homme est revenu contre son gré dans un pays qui n’est plus le sien depuis 17 ans. Aucun des enfants n’a mis sa vie en jeu pour empêcher ce déchirement. Mais une mère et des enfants (dont un à naître) sont prostrés de peur et d’incompréhension.


Carton rouge encore à notre ancien préfet :quatre jours avant de partir résoudre le problème des feux de forêt du Var, Monsieur Laisné n'écoutant que son courage, a résolu celui de l'eau dans l'Eure en signant les arrêtés autorisant l'épandage d'engrais et de pesticides sur les périmètres de protection rapprochés. Un bien mauvais coup pour l’avenir.



Carton vert à ceux qui travaillent à nous révéler notre passé plus ou moins reculé : les fouilles derrière la mairie d’Evreux ont mis à jour une ferme du 12ème siècle.
Rappelons que ces fouilles précèdent le chantier du parking souterrain, projet d’un temps déjà dépassé. L’avenir est aux solutions alternatives pour libérer le centre-ville… et pourquoi pas un tramway et des vélos ???


Jean-Pierre Nicolas qui a déjà reçu un carton rouge à propos de ce projet, en mérite assurément un autre pour celui de La Madeleine : une réunion avec les commerçants le 26 juillet, aucune information à la presse et une réunion publique d’information annoncée pour la rentrée. Voilà un contre-exemple à la « démocratie participative », qui ne fera rire personne : les enjeux sont bien trop grands !

jeudi 16 août 2007

Agrocarburants : DANGERS (suite)



La future production massive d'agrocarburants pour les véhicules pourrait provoquer une pénurie d'eau mondiale, ont annoncé des experts à l'occasion du septième jour de la conférence internationale "World Water Week" à Stockholm.

L'institut de recherche suédois SIWI (Stockholm International Water Institute) estime que la production d'agrocarburants conduira à un doublement de l'utilisation actuelle d'eau par l'agriculture. Selon les experts, ce type de production nécessite par ailleurs de grandes superficies de terres agricoles.


Pour mémoire, consulter l'article " Agro-carburants : l'énergie du désespoir " (cliquez) pour retrouver les autres dangers déjà signalés.

vendredi 10 août 2007

Les cartons de la semaine du 7 au 14 août 2007

Rubrique proposée par Jacqueline Fihey
et Jean-Yves Guyomarch


Contribuez à la vie de la rubrique en apportant vos commentaires



Cette semaine appelle des cartons dont la couleur traduit l’humeur de l'auteure :


Carton rouge à cause de ce drame inacceptable : un enfant de 12 ans est grièvement blessé dans des circonstances qui seront à élucider, en suivant son père pour échapper à un contrôle policier. Cela s’est passé à Amiens… Mais dans l’Eure, à Évreux, des familles entières et des majeurs isolés, sans-papiers, vivent dans la peur pour eux-mêmes ou l’un des leurs. Cette année, lors des mouvements de lycéens et étudiants, une jeune immigrée a cessé d’aller en cours, terrorisée d’être interpellée comme manifestante durant la procédure de régularisation. Ses absences en cours lui ont été reprochées au point de la menacer même de remettre en cause cette régularisation inéluctable selon les critères de la loi en vigueur.


Carton jaune à la presse locale qui cède à la mode pipole. Tel quotidien nous apprend où nos actuels ou anciens élus passent leurs vacances, tel autre hebdomadaire nous informe sur le rôle des conjointEs de nos « responsables locaux ».

Non seulement nous ne croyons pas en une personne politique « providentielle », mais pas plus en un couple. Nos forces de projet et d’action nous les mettons dans un travail d’équipe voulue la plus diversifiée possible.


Carton jaune au resto-U et à l'ex-hôtel de la Biche transformé en résidence hôtelière pour étudiants... Les détails ne manquent pas (chaque chambre disposera d’un frigo, … et d’un coffre-fort...), mais rien, aucune allusion aux critères de développement durable ( amélioration des performances énergétiques des bâtiments, diminution des déchets : assiettes et couverts en plastique, barquettes,… de la brasserie du CROUS qui sur ce point rivalise avec son voisin MacDo). Pour contre-exemple, consultez l'article Le besoin temporaire de logement

Parce que la météo n’est pas assez estivale les modifications climatiques ne seraient-elles plus d’actualité ?



Carton Vert à tous ceux et toutes celles qui font partager leur passion : apiculteur, artiste, animateur, bénévole dans les associations... Tout spécialement ces jours-ci, un grand merci aux astronomes amateurs qui à Normanville, Saint Sébastien… et partout où la pollution des éclairages nocturnes le permet encore, nous ferons voyager dans les Constellations de notre ciel.



jeudi 9 août 2007

Municipales 2008

Juillet 2007

Une autre ville est possible… jyg.jpg

En 2001, Jean-Louis Debré promettait que Évreux deviendrait une ville dynamique, attractive, motrice pour le développement économique de l’agglomération. Le maire et son équipe municipale ont été incapables de donner le souffle nécessaire pour affronter les enjeux du XXIème siècle, bien au contraire.

L’homme politique dont le carnet d’adresses était pourtant bien rempli, n’a pas réussi en 6 ans à donner une autre dimension à Évreux. Sa politique municipale n’a jamais été adaptée aux réalités d’aujourd’hui et aux défis qui nous attendent.

Les élections municipales de 2008 approchant, on voit certaines et certains tenter de se positionner comme personne providentielle capable d’offrir aux Ébroïciennes et Ébroïciens de nouvelles perspectives, une politique alternative à celle de Jean-Louis Debré et Jean-Pierre Nicolas.

Nous ne croyons pas en un maire dont la seule personnalité suffirait à sortir la ville et l’agglomération de sa léthargie. Nous pensons que l’heure n’est pas aux rivalités et affrontements personnels mais au rassemblement citoyen pour convaincre qu’une autre ville est possible. Nos concitoyens sont en attente d’une équipe dynamique, disponible et compétente pour construire et mettre en oeuvre le programme qui redessinera notre avenir et celui des générations futures.

Penser qu’une autre ville est possible c’est à la fois exprimer son désaccord avec les politiques municipales actuelles et être en capacité de proposer une autre voie pour la ville.

pour lire la suite, cliquez ici...


mardi 7 août 2007

«La légalisation favoriserait la prévention »

Par LAURE EQUY

Dominique Voynet, sénatrice de Seine-Saint-Denis (Verts), explique les raisons pour lesquelles une «légalisation contrôlée» du cannabis permettrait de mettre en place une politique de prévention sur les drogues, notamment auprès des plus jeunes consommateurs.

Restez-vous toujours favorable à la légalisation du cannabis ?
La position des Verts a toujours été en faveur d’une légalisation contrôlée du cannabis. La politique actuelle de prohibition nous paraît hypocrite et inefficace. Hypocrite car elle ne tient pas compte des millions de consommateurs en France, occasionnels ou réguliers. Et surtout inefficace parce qu’elle fait l’impasse sur une véritable politique de prévention en matière de santé publique.

En quoi la légalisation du cannabis permettrait de faire davantage de prévention sur les dangers de sa consommation ?
La légalisation contrôlée ne signifie pas du tout l’encouragement à l’usage. Cela aiderait surtout à lever certains tabous afin de mener une politique de prévention plus juste. En effet, si le cannabis était considéré comme une drogue légale, au même titre que l’alcool ou le tabac, on pourrait avertir plus clairement sur les dangers, les problèmes respiratoires par exemple, ou dire : «Attention, si vous êtes fragiles psychologiquement, vous êtes plus exposés à des troubles en fumant un joint.»
Actuellement les campagnes de prévention ne touchent pas leur cible et les jeunes ont l’impression d’entendre un message totalement décalé par rapport à la réalité. Si vous interdisez simplement et si vous n’expliquez rien, les lycéens, par exemple, continueront à fumer des joints entre les cours. Il vaut mieux les faire réfléchir sur leurs pratiques, leur dire de réserver ce produit à un usage seulement ­récréatif, hors de la sphère des études ou du travail. Il faut aussi informer les jeunes sur les risques de la consommation de cannabis avant de prendre le volant.

Pourquoi ne pas seulement proposer la dépénalisation du cannabis ?
Parce que la dépénalisation n’empêcherait pas cette économie souterraine et parallèle. S’il ne légalise pas, l’Etat n’a aucune prise sur les trafics et la composition des produits qui circulent. Car le mode de production actuel n’a plus rien à voir avec celui du baba cool qui faisait pousser quelques plants de chanvre sur son balcon. Maintenant, il s’agit de cultures «industrielles» avec un éclairage artificiel servant à enrichir la plante en THC [substance contenue dans le cannabis qui agit au niveau du cerveau, ndlr]. Alors que s’il assumait la responsabilité de la légalisation, l’Etat pourrait notamment avoir un encadrement sur les concentrations en THC de ces produits.

samedi 4 août 2007

A propos de la décroissance, par Jean Zin


Extrait tiré de l'article de Jean Zin, Critique de l'écologisme (la maladie infantile de l'écologie)



- La décroissance et les "alternatifs"

Qu'il soit bien clair que la décroissance matérielle est une nécessité et, si j'ai souligné les limites de la décroissance, c'est pour ne pas en rester à une approche exclusivement quantitative qui n'est que le miroir de la croissance, nourrissant l'illusion qu'on pourrait s'en sortir par une simple réduction du temps de travail et de nos consommations sans rien changer au système productiviste du capitalisme salarial ! Le problème ici, n'est donc pas tellement le mot d'ordre lui-même que ceux qui le défendent, bande de marginaux qui donnent prise trop facilement à la critique et tombent dans un moralisme culpabilisant ou bien une "simplicité volontaire" à la limite du ridicule. On leur donnerait bien une couronne mais le mérite de ces militants qui se sacrifient pour la bonne cause est si grand qu'on souhaiterait qu'ils restent incompris du monde entier pour que leur sainteté soit encore plus éclatante ! L'embêtant, c'est que l'écologie n'est pas une religion, on ne se sauvera pas tout seul mais seulement collectivement. La question est exclusivement politique. Rien ne sert de se donner en modèle alors que ce sont les structures sociales et les circuits de production qu'il faut changer. Pas besoin d'être pur et irréprochable écologiquement pour apporter sa pierre à cette révolution écologiste qui s'annonce. L'important, c'est de participer à la construction de l'alternative.

Pourtant, de même qu'on ne peut considérer comme de véritables révolutionnaires ceux qui se prétendent tel et ne sont que des poseurs, il ne faut pas se fier à ceux qui se prétendent "alternatifs" parce qu'ils vivent en marge de la société car ils ne construisent pas du tout une alternative sociale, plutôt repliés sur eux-mêmes quand ils ne forment pas de nouvelles sectes totalitaires et étouffantes. Il ne suffit pas de changer de vie ni de vivre en communautés ni d'un activisme permanent pour changer la société, sauf à construire de véritables circuits alternatifs. Tout est dans la manière et il faudrait tenir compte des échecs passés (du socialisme utopique aux communautés post-soixantehuitardes) pour ne pas les reproduire trop naïvement.

On peut donc garder le mot d'ordre de décroissance comme horizon qui nous oppose à la croissance productiviste à condition de ne pas en rester là, comme s'il suffisait de se serrer la ceinture et de jouer aux pères la morale ou se fier au bon vouloir de chacun, et s'il faut défendre plutôt la construction d'une alternative, il faut l'inscrire dans un projet politique global.

Jean Goujard Utopiste Visionnaire

C’est après avoir consulté le compte-rendu de la soirée “une autre ville est possible” que Jean Goujard a décidé de prendre contact avec Champs Libres et de proposer à la reflexion du collectif les fruits d’un travail qu’il a mené il y a quelques années sur les transports en commun à Évreux.




dsc_2072.jpg

Cliquez sur la photo pour lire la suite...

vendredi 3 août 2007

Les cartons de la semaine du 31 juillet au 6 août 2007


Rubrique proposée par Jacqueline Fihey
et Jean-Yves Guyomarch


Contribuez à la vie de la rubrique en apportant vos commentaires





Un carton JAUNE à l’occasion de la démolition, dans le cadre de l’ORU ( Opération de Renouvellement Urbain ) d’une partie de l’immeuble Puymorens à La Madeleine (Évreux).

Les familles ont été relogées, certes, mais la majorité d’entre elles souhaitaient rester à La Madeleine ou sur Évreux. Le projet déclenche des réactions mitigées dans la population.

Il vise à aérer l'îlot Saint André, y favoriser la circulation et faire vivre ce quartier comme une ville à part entière ( les enfants qui habitent là auront-ils encore plus raison de dire « je n’habite pas à Évreux, j’habite à La Madeleine ! » ?).

La volonté d’une conception écologique et solidaire de l’habitat et de la ville est pour le moins timide ! Qu’en est-il des normes HQE (Haute Qualité Environnementale) lors des réhabilitations déjà entreprises par exemple ?


Des cartons VERTS :


Un premier carton VERT pour les jachères qui, encouragées par le Conseil Général, fleurissent dans le département (130 hectares cette année). Outre l’intérêt esthétique de ces champs de fleurs estivaux, les jachères contribuent à la diversité biologique : la flore en bénéficie, et par le jeu des chaînes alimentaires, la faune aussi ( les abeilles pour le pollen , le petit gibier pour les graines).

Les apiculteurs et chasseurs reconnaissent l’avantage de ces pratiques traditionnelles . A quand leur retour généralisé en agriculture : un rendement plus faible, mais un coût économique et écologique très diminué . Tout le monde y gagne et la FAO a montré que l’agriculture biologique répandue sur toutes les terres cultivables de la planète permettrait de nourrir la population mondiale.


Un deuxième carton VERT pour la communauté de communes du Vièvre-Leuvien : après le canton de Cormeilles, c’est celui de Saint Georges du Vièvre qui instaure la collecte en « porte à porte » des déchets recyclables. Le but est d’assurer la collecte de tous les déchets recyclables (sauf le verre que chacun devra continuer à déposer dans les containers ad hoc). Cela n'entraînera pas de surcoût, peut-être même une légère baisse de la facture.

Rappelons cependant que l’objectif prioritaire doit être de diminuer la fabrication des déchets recyclables et d'arrêter celle des déchets non-recyclables.


Et pour finir, une invitation à la découverte originale de la Vallée de l’Eure en petit train touristique. Des animations, des démonstrations par des artisans et un marché fermier enrichissent la ballade. L’association « Grain de Sel » ne manquera pas de présenter le Sel de Guérande.


jeudi 2 août 2007

Programme des journées d'été des Verts, à Quimper, du 22 au 26 août 2007

Le programme des journées d'été des Verts qui se dérouleront à Quimper du mercredi 22 août au dimanche 26 août est en ligne.

Des programmes de formation y sont proposés allant de l'utilisation des technologies numériques à la formation des animateurs du parti en passant par la préparation des municipales....

La plénière du jeudi matin vise à Sortir des pesticides :

La France est le troisième consommateur mondial de pesticides en volume, et le premier d'Europe. Pourtant la communauté scientifique exprime son inquiétude quant aux effets sur la santé et sur l'environnement de ces substances par définition nuisibles à la vie, et dont on se passait complètement il y a 50 ans. Il est possible de diminuer progressivement leur usage en stimulant le développement de pratiques alternatives, en agriculture et dans les villes.

Cette plénière sera suivie d'ateliers :

Atelier Commission Agriculture
Réformer la PAC pour une agriculture Haute Performance Environnementale.
A la veille d'une nouvelle réforme de la Politique Agricole Commune, les Verts veulent tirer un bilan de son application en France et en Europe pour être force de proposition.

Atelier Commission Déchets
Quelles stratégies mettre en place pour sortir de l’incinération des déchets ?

Atelier Commission Esperanto
Communiquer dans un monde en mutation : l'espéranto, seule langue équitable et démocratique. L'accroissement des relations internationales peut-il vraiment bénéficier à tous? Comment fédérer efficacement les luttes au niveau mondial ? Quelle influence réelle a l'usage privilégié de quelques langues "dominantes"? Uniformisation

Atelier Commission Mer et Littoral et Commission Déplacements et Transports
Cabotage, autoroutes de la mer, batelage

Atelier Commission Santé
Le suicide en entreprise, pointe émergée de l'iceberg des conditions de travail
aujourd'hui

Atelier Handicap

Commission Europe

Atelier Stratégie aux Municipales

Forum Commission Immigration avec la Commission Culture(s)
Immigration, identité nationale et diversité culturelle
La politique culturelle n’est abordée dans le projet proposé au français par Nicolas
Sarkozy qu’au sein du chapitre 15 "Fiers d’être Français". Ce positionnement est tout à fait caractéristique de sa vision de la culture, liée à l’imaginaire colonial du président. Mission civilisatrice de la culture, universalisme de la culture française, valorisation de l’identité nationale, rayonnement de la France à l’étranger sont des notions que Nicolas Sarkozy confond avec la défense de la diversité culturelle selon une vision très française de ce concept.

Forum Commission Culture(s) avec la Commission Féminisme
Culture : quelle(s) place(s) pour les femmes ?

Forum Parlementaires
Le bilan des premières mesures Sarkozy

Atelier Commission Déplacements et transports
Transport des marchandises et livraisons en ville


D'autres ateliers et Forums auront lieu l'après-midi.

En fin d'après-midi se tiendra la seconde plénière des JDE : Quel parti pour le peuple de l'écologie politique ?

La longue période électorale qui vient de se terminer a non seulement déçu le parti des Verts, mais l'a même déstabilisé. Est-ce la crise de l'écologie politique, la crise du politique en général, la fin d'une période marquée par le positionnement à gauche, la rupture au moins partielle entre les Verts et le peuple de l'écologie ? Les questions sont multiples, les approches parfois tranchées, les bilans encore à tirer.
Au moment où les Verts sont bien décidés à remettre en cause leur fonctionnement et leur approche du politique, les expériences d'autres Verts peut contribuer positivement à la réflexion. En effet, même si la forme des régimes induit en partie les pratiques politiques, l'existence d'un parti vert européen où les cultures et les expériences s'échangent, et les pratiques de gestions différentes qu'expérimentent nos amis des partis belge, italien et allemand donneront matière à réfléchir et à innover.

En soirée, débat : Refonder ? Dissoudre ? Réforme ? Revivifier ? Rénover ? Reconstruire ? … ensemble…
Parce que nous voulons que les Verts changent, en mieux, pour être à la hauteur des enjeux du 21ème siècle, le Collège Exécutif propose à tous un premier temps d’échange collectif.

Projection du film : "Marée Noire, colère rouge"
réalisé par René Vautier, primé meilleur document mondial filmé de l'année 1978

Télécharger la suite et tous les détails de ces cinq journées en cliquant ici.

RENCONTRES

Législatives 2007 :
Vous avez rencontré Jacqueline Fihey et Jean-Yves GUYOMARCH candidats des Verts sur la 1ère circonscription de l'Eure :


..
- Marché de St André de l'Eure, vendredi 23 mars et 8 juin
- Réunion publique à St André de l'Eure, vendredi 30 mars à 18h00, mairie.


.
Aspiration, La Madeleine, Verneuil-Sur-Avre. by John Taylor Arms
- Marché de Verneuil, samedi 28 avril
- Réunion publique à Verneuil sur Avre, Jeudi 10 mai , Salle Magali - Maison du Four - Avenue André Chasles


Mairie de Breteuil-sur-Iton
- Marché de Breteuil, mercredi 4 avril et 6 juin
- Réunion publique à Breteuil sur Iton, jeudi 12 avril à 20h00, salle des Richards, près de l'école maternelle



L'image “http://ville.menilles.free.fr/photoindex/2.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

- Marché de Ménilles, dimanche 8 avril


L'image “http://tcpacy.free.fr/images/LogoPacy.GIF” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
- Marché de Pacy sur Eure, jeudi 12 avril et 7 juin
- Réunion publique à Pacy sur Eure, mardi 17 avril à 20h00, salle Leclerc, 80 rue A. Briand


- Marché de Damville, mardi 15 mai et 5 juin
- Réunion publique à Damville, mercredi 23 mai à 20h00


- Marché de Nonancourt, mercredi 23 mai
- Réunion publique à Nonancourt, mardi 29 mai à 20h00

...
- Marché de Évreux centre-ville, samedi 19 et 26 mai.................
- Marché de Évreux La Madeleine, dimanche 20, 27 mai, 3 juin

- Marché de Évreux place Clémenceau, jeudi 24 mai..............

- Marché de Évreux Nétreville, mercredi A-M 30 mai et 6 juin......
- Réunion publique à Évreux, avec Cécile DUFLOT, secrétaire nationale des Verts, mercredi 6 juin.

- Ballade " A la découverte des pertes et résurgences de l'Iton " avec Jacqueline FIHEY, samedi 5 mai après-midi _______________________________________________________


Municipales 2008 :
Vous souhaitez assister ou participer aux réunions thématiques, vous y êtes cordialement invité(es). Rejoignez le collectif CHAMPS LIBRES.

...........................................L'image “http://www.evreux.fr/upload/rubriques/dcouverte260.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


CHAMPS LIBRES
........................................................................................
Commission Vivre ensemble :
........................................................................................
Assemblée Générale Collectif Vert et Ouvert :

........................................................................................
Commission Education - Emploi :

........................................................................................

Commission Environnement :
........................................................................................
Réunion du bureau du collectif :
........................................................................................
Commission Culture :

........................................................................................
Commission Démocratie participative :

Faire de chaque citoyen un acteur engagé

Attaques contre les droits démocratiques, insécurité sociale croissante, dégradation des services publics et recul de l’État-providence sous l’effet de politiques soumises aux diktats d’une adaptation de notre société aux exigences de la mondialisation libérale, c'est le résultat des politiques libérales et sociales libérales menées depuis des années à des degrés divers.

Voilà 5 ans maintenant que la droite est revenue aux affaires, ce sont quatre ans qui n’ont fait qu’aggraver la situation, 4 ans de reculs aussi dans le domaine environnemental, avec un gouvernement qui s’est érigé en syndicat des lobbies de la chasse, des bétonneurs du littoral, de la route, de l’industrie chimique, du nucléaire, des OGM, et qui brille par son inaction face aux changements climatiques et à la crise de l’énergie. 5 ans de contre-réformes.

Cette entreprise de démolition a été menée avec constance, en dépit des oppositions qu’elle n’a cessé de rencontrer parmi les classes défavorisées et une partie des classes moyennes, grandes victimes de cette politique, ce qui montre le peu de cas que ce gouvernement fait de la démocratie. Mais pouvions-nous en douter ?

Lorsque nos dirigeants ne cessent de marteler, jour après jour, et les média derrière eux, que c’est l’économie qui commande et que le politique ne peut rien faire, si ce n’est à la marge, il n’est pas étonnant que la politique suscite une défiance croissante chez le citoyen.

Et pourtant, contrairement à ce que l’on entend souvent, nos concitoyens manifestent en maintes circonstances leur intérêt pour le débat et pour l’action collective.

Et ce, même s’ils le font en dehors des partis politiques et des institutions : ainsi, les banlieues défavorisées ne sont pas seulement des lieux de désespérance, elles témoignent souvent d’une grande richesse d’initiatives.

Ou regardons avec quel “appétit” de débat la société s’est saisie du projet de traité constitutionnel pour l’Europe, ou encore l’intérêt que suscitent les projets d’aménagement et les choix publics qui touchent à notre vie quotidienne.

On parle beaucoup de la crise de la politique. Pourtant, face aux urgences actuelles, nous avons besoin plus que jamais de politique. Ce qui est en cause en réalité, c’est notre modèle étriqué de démocratie représentative qui érige un mur entre “dirigeants” et “dirigés” et qui a peur des citoyens conscients. C’est le politique lui-même qui se discrédite, lorsqu’il s’efface devant l’économie et les experts, censés dicter les seules solutions possibles, en l’absence de tout débat démocratique. Si, en effet, il n’y a qu’une seule réponse possible, s’il n’y a plus de projet, à quoi sert donc le politique ?

Nous ne voulons plus de cette politique-là. Nous voulons donner à la politique le rôle qui devrait être le sien dans la société : donner du sens à notre vie commune, permettre à chacune et à chacun d’entre nous de se retrouver dans une aventure collective. Pour cela, la politique ne peut plus rester le domaine réservé de professionnels de la politique, elle doit être largement partagée : c’est pourquoi les citoyens doivent se réapproprier le pouvoir de décision.

Rendre ce pouvoir au citoyen, c’est d’abord lui assurer une vie décente, car personne ne peut remplir vraiment son rôle de citoyen s’il vit dans l’angoisse du lendemain, c’est reconnaitre sa dignité et sa valeur quelle que soit sa situation. C’est donner à une vie associative riche et indépendante les moyens de se développer. C’est aussi préserver et développer les services publics, en démocratiser profondément la gestion, au plus près des personnes intéressées. C’est refuser que le travailleur perde sa qualité de citoyen lorsqu’il franchit la porte de l’entreprise. C’est instaurer à tous les niveaux la démocratie participative, en permettant à chacun de participer à l’élaboration des décisions qui le concernent, c’est accepter les débats publics contradictoires sur toutes les grandes questions de société, au lieu de décider dans le secret. C’est démocratiser les institutions de notre République, renforcer la décentralisation en lui donnant des règles claires et les moyens réels de son exercice, généraliser les évaluations des politiques publiques et rendre compte aux citoyens de l’action de ses élu-e-s. C’est enfin aller vers une VIe République par la voie d’un référendum . Il est temps en effet que la parité entre hommes et femmes soit une réalité, que le renouvèlement de nos représentants soit assuré par une limitation drastique du cumul des mandats, que notre Parlement accueille la diversité des opinions grâce à des élections proportionnelles, que les citoyens aient un droit d’initiative législatif auprès d’un Parlement renforcé.

Il est temps enfin que politique rime avec éthique grâce à la réforme du statut pénal du chef de l'État.

Nous voulons promouvoir cette autre conception de la politique. L’approfondissement de la démocratie conditionne aujourd’hui la capacité de la société à maitriser son avenir, au lieu d’être le jouet des forces économiques dominantes.

Septembre 2006