visites de visiteurs

Les Verts des Pays d'Evreux Avre et Iton

_____________________________________________

jeudi 30 octobre 2008

Europe Ecologie : l’Appel au rassemblement


L’urgence est là, omniprésente, visible de tous !

Les crises écologique, sociale, alimentaire, énergétique, économique, financière convergent en une crise globale, chaque jour plus profonde, chaque jour plus violente.

Elle contamine la planète, accable les plus faibles, n’épargne plus personne. La recherche du toujours plus de profits pour quelques uns entraîne plus de prédations, de pollutions, de pénuries, de corruptions, de guerres, d’inégalités pour tous les autres.

Notre consommation effrénée de ressources naturelles dépasse aujourd’hui de 40% la capacité de la planète à se régénérer. La diversité du vivant décline. Les réfugiés climatiques se bousculent aux frontières. Le capitalisme financier a spéculé sur l’endettement des plus pauvres, contribuant à la récession économique et à la régression sociale. Les pays riches, prompts à injecter plus de 2000 milliards d’euros dans le système financier pour le sauver de ses outrances, refusent de mobiliser le vingtième de cette somme pour que cesse l’horreur, toutes les cinq secondes, d’un enfant qui meurt d’être pauvre. Ces « dettes » là, comme l’emballement climatique ou la disparition de milliers d’espèces, sont autrement effroyables et irréversibles.

Ce modèle de croissance à crédit est condamné. Nous en avons chaque jour une preuve supplémentaire. Il avance à l’aveugle, sans vision collective.

Pour en changer, il faut agir ! Nous devons agir ! Chacun peut agir !

C’est désormais l’impératif écologique et social qui doit guider nos choix politiques. Une économie de l’intelligence, créatrice de richesse partagée et de millions d’emplois, doit remplacer l’économie de la rente, du productivisme et de la surconsommation, que défend une coalition d’intérêts privés et politiques. La régulation au service de tous doit remplacer le laisser-faire au profit de quelques uns.

Notre responsabilité individuelle et collective est engagée. Nous ne partons pas de zéro. De nombreuses luttes ont été menées et ont permis des avancées. Mais seule une mobilisation générale permettra de s’opposer efficacement à l’épuisement de notre planète et à sa conséquence, l’affaissement de l’humanité. La transformation de nos sociétés vers un mieux-être collectif est possible car les solutions existent. Ni demain, ni peut-être, mais maintenant !

Nous voulons, ensemble, construire ce nouvel espace politique autonome, autour des listes Europe Ecologie en vue des élections européennes de juin 2009.

  • Un espace ouvert à toutes celles et à tous ceux qui refusent la fatalité et l’immobilisme, les querelles de boutique et les postures partisanes quand l’essentiel est en jeu, c’est-à-dire les conditions de vie, de travail, d’alimentation, de santé, de paix entre les hommes et la préservation de la biodiversité
  • Un espace ouvert à toutes celles et à tous ceux qui croient en un projet européen démocratique, respectueux des citoyens, de l’environnement, des territoires, de la diversité culturelle, des droits fondamentaux et des libertés individuelles et qui s’oppose sans relâche aux dérives libérales ;
  • Un espace ouvert à toutes celles et à tous ceux prêts à défendre les valeurs de régulation et de solidarité, de modération et de partage ;
  • Un espace ouvert à toutes celles et tous ceux qui sont impatients de bâtir une alternative écologique, condition indispensable à la justice sociale et au mieux vivre-ensemble ;
  • Un espace ouvert à toutes celles et à tous ceux qui veulent donner une vision et une âme à l’Europe, notre maison commune, pour en faire le levier d’une autre mondialisation, au service de la paix, et qui laisse toute leur place aux pays du Sud.

Ce défi, nous, citoyennes et citoyens conscients et actifs, militantes et militants associatifs, syndicaux et politiques, c’est avec vous que nous voulons, que nous pouvons le relever.

L’Europe est le seul espace politique à la hauteur des enjeux, investissons-le, car l’Europe sera ce que nous en ferons !


Tout d'abord : SIGNER L'APPEL ET NOUS REJOINDRE


Ici : ADHÉRER AU RASSEMBLEMENT


et là : DES NOUVELLES DU RASSEMBLEMENT DANS L'EURE



jeudi 15 mai 2008

15 mai : pour le service public, la solidarité, l'intérêt général

Les Verts apportent leur soutien aux mobilisations syndicales et appellent les personnels et les usagers des services publics à manifester le jeudi 15 mai 2008.

L’ensemble de la fonction publique d’Etat, Territoriale et Hospitalière subit la politique de régression sociale lancée par le gouvernement :
- austérité salariale, perte du pouvoir d’achat
- suppressions de poste (160 000 postes de fonctionnaires d’état seront supprimés en 4 ans. Dans l’éducation 12000 postes en moins cette année, 17000 l’an prochain).
- disparitions de services publics dans les zones rurales
- restructuration, mobilité plus ou moins forcée, précarisation de l’emploi

Au-delà des personnels ainsi pénalisés c’est la qualité des services au public qui est menacée. Ainsi les lycéens ont bien compris que c’est leurs conditions d’étude et leur réussite qui sont en jeu, notamment pour les plus défavorisés.

La crise du logement, la lutte contre les exclusions, la formation, la santé et aussi la crise de l’énergie, la gestion de l’eau, les transports publics, la recherche...ont besoin d’une action publique forte et ne sauraient trouver de solution dans la seule logique du marché, de la concurrence et des intérêts particuliers.

Après avoir creusé les déficits par son paquet fiscal en faveur des plus riches, c’est l’intérêt général que le gouvernement sacrifie, au nom d’un dogme de la croissance aveugle qui ne fait qu’accroître les inégalités sociales et la crise écologique.



Les Verts demandent l'arrêt des suppressions d'emploi et des restructurations autoritaires ; la revalorisation des salaires des fonctionnaires ; une véritable égalité dans l'accès à des services publics de proximité sur tout le territoire ; l'association des citoyens et usagers.

Téléchargez les tracts "15 mai 2008 : pour le service public, la solidarité, l'intérêt général" et "Les Verts soutiennent la mobilisation des lycées et collèges".


OGM : LE GOUVERNEMENT VA-T-IL OSER PASSER EN FORCE ?

Lorsqu'hier midi, alors que je participais au pique-nique sans OGM avec de nombreux militants Verts venus de plusieurs régions, nos quatre députés et plusieurs sénateurs, aucun d'entre nous ne pouvait imaginer ce qui allait se passer quelques heures plus tard. Jean-François Copé, François Fillon et Nicolas Sarkozy non plus...

Seul l'article 1 de la loi était soumis au débat, les autres ayant déjà été votés en des termes identiques par les deux Assemblées. Cet article premier signait la mort du Grenelle de l'environnement, et de la bio, puisqu'il faisait mine d'organiser une coexistence illusoire entre les plantations OGM et les autres cultures.

Pendant toutes les phases de l'examen du texte, nos parlementaires ont défendu pied à pied de nombreux amendements et ont également énormément contribué à convaincre des élus de gauche dont le vote contre la loi n'était pas acquis d'avance. Oui, ça compte des Verts à l'Assemblée nationale et au Sénat. Oui, lorsqu'un vote est gagné d'une voix seulement, nous pouvons tous être fiers que nos quatre députés soient présents en séance pour défendre la liberté de consommer sans OGM.

Lorsque plus de la moitié des députés de droite ne se déplacent pas en séance et que le gouvernement se retrouve en minorité sur un vote de procédure d'un texte tant attendu et préparé, c'est bien que cette loi pose problème. Les Français ne veulent pas des OGM, ni dans leurs champs ni dans leurs assiettes, de plus en plus de députés s'en rendent compte. Ce gouvernement à la botte des lobbies, cette présidence sous pression de ses parrains industriels ne semblait pas en avoir cure, il a été rappelé à la réalité. Le passage en force annoncé quelques instants après le vote d'hier est un scandale et une honte pour la démocratie. Le gouvernement doit entendre le message que lui envoie les citoyen-ne-s et les élu-e-s, celles et ceux qui ont essayé de prendre des arrêtés contre les OGM. Aujourd'hui, Jean-Louis Borloo doit choisir entre le respect de ses engagements au Grenelle et les gages attendus par ceux dont les bénéfices sont indexés sur la dégradation de notre environnement, il doit tirer les conséquences législatives du droit à ne pas consommer d'OGM.

Nous resterons mobilisés comme hier, comme depuis des mois pour que la biodiversité, la santé et une agriculture respectueuse des paysans et des consommateurs soient préservées.


CÉCILE DUFLOT
Secrétaire nationale

mardi 13 mai 2008

Le projet de loi sur les OGM passait aujourd'hui en deuxième lecture à l'Assemblée.

La motion de procédure défendue par le député communiste André Chassaigne pour le groupe GDR (gauche démocrate et républicaine, Verts et PCF) a été adoptée lors d'un scrutin public : sur 273 votants et 271 suffrages exprimés, la motion a obtenu 136 voix contre 135. Comme il s'agissait d'un scrutin public, vous pourrez prendre connaissance du détail des votes sur le site de l'Assemblée dans les heures qui viennent.
L'adoption de cette motion de procédure met immédiatement un terme à l'examen du texte.

Le Premier ministre annonce un nouvel examen du projet de loi. Après la bonne nouvelle de cet après-midi, l'heure est donc toujours à la mobilisation citoyenne !

mercredi 30 avril 2008

Tunisie : "Business as usual"

Paris, Tunis, le 29 avril 2008 - La FIDH et ses affiliées tunisiennes, la LTDH, le CNLT et l'ATFD, et française, la LDH, expriment leur consternation après le discours du Président français, à Tunis le 28 avril 2008. Sous le prétexte qu'il ne pouvait s'ériger en "donneur de leçon" à l'égard de son "ami" le Président tunisien, Nicolas Sarkozy n'a rien fait d'autre en réalité que donner à son homologue, comme son prédécesseur l'avait fait, un blanc-seing pour sa politique et ses méthodes arbitraires concernant les droits de l'Homme.

Il ne s'agissait pas en l'occurence de s'ériger en "donneur de leçon", mais en partenaire responsable et soucieux, en tant que futur président de l'Union européenne, de soutenir une évolution démocratique dont tous les observateurs internationaux s'accordent à constater la cruelle absence. Si l'on ne peut faire le reproche au président français d'ignorer l'accord d'association qui lie la Tunisie et l'Union européenne - il y a fait référence -, on reste perplexe devant la lecture tronquée qu'il en a faite, en ignorant que la question des droits de l'Homme est censée constituer un "élément essentiel" de cet accord. De même a-t-il ignoré les engagements pris par la Tunisie au titre des instruments internationaux garantissant les droits universels, et celles et ceux au sein de la société civile, qui les défendent au prix de leur liberté.

La signature de contrats commerciaux, la gestion des migrations et la lutte contre le terrorisme sont apparues in fine comme les principales préoccupations de la France. Non que ces préoccupations soient illégitimes, il n'était pas nécessaire pour les faire valoir, d'accréditer un régime autoritaire.

En guise de "rupture", le Président Sarkozy a offert à Tunis une manifestation attristante de la pire des continuités.

mardi 29 avril 2008

Droits de l'Homme et partenariat euro-méditerranéen doivent rester indissociables

Nicolas Sarkozy est en Tunisie du 28 au 30 avril. Hélène Flautre (Verts/ALE) Présidente de la Sous-commission des droits de l'Homme du Parlement européen, l'appelle à ne pas négliger les droits de l'Homme et s'inquiète du projet d'installer le secrétariat général de la future Union pour la Méditerranée à Tunis.

Si les projets d'envergure comme la dépollution de la Méditerranée ou le développement des énergies solaires sont nécessaires à la consolidation du processus Euromed, Helene Flautre rappelle que les entraves à l'état de droit et aux droits de l'Homme dans la région sont aujourd'hui les principaux obstacles au développement.

Pour Hélène Flautre, "le choix d'un tel siège, dans un pays où les droits de l'Homme sont constamment bafoués, sème le doute sur l'ambition démocratique de cette Union pour la Méditerranée".

"Dans la Tunisie de Ben Ali, pas un jour ne se passe sans qu'un défenseur des droits de l'Homme ne soit opprimé ou harcelé: l'agression par les forces de l'ordre de Sihem Bensedrine et de son époux, Omar Mestiri, à leur retour d'Europe le 3 mars dernier ou celle de l'avocate Radhia Nasraoui, Présidente de l'association de lutte contre la torture en Tunisie, le 18 avril dernier alors qu'elle voulait se rendre dans les locaux de l'Administration des prisons, l'interdiction d'une mission de la FIDH en Tunisie le 20 avril dernier ou encore le harcèlement et l'intimidation à l'égard de la famille du journaliste d'opposition Taoufik Ben Brik le 21 avril dernier en sont les exemples les plus récents.

Le Président français doit obtenir de son homologue tunisien des engagements concrets sur l'arrêt du harcèlement des opposants et des défenseurs des droits de l'Homme, sur le déblocage des fonds alloués à la société civile tunisienne, sur la rénovation de la justice vers son indépendance et sur l'organisation d'élections libres pour la présidentielle de l'année prochaine."

dimanche 27 avril 2008

22e anniversaire de l'accident de Tchernobyl

Sinistre anniversaire que ce 26 avril 2008… Il y a tout juste 22 ans, le réacteur nucléaire n° 4 de Tchernobyl a explosé. A cette date commença la plus grande catastrophe technologique et industrielle de tous les temps.

Tchernobyl n’a pas fini de faire des victimes : ses conséquences inouïes et irréversibles sur la santé (cancers, pathologies multiples, effets mutagènes et tératogènes) affecteront profondément les prochaines générations.

Coordonnées par le Réseau Sortir du Nucléaire, 124 actions sont programmées dans toute la France, ce samedi 26 avril - devenu journée internationale de mobilisation pour dénoncer le risque nucléaire.
Participons !

Infos : Tchernobyl Day.

jeudi 24 avril 2008

Chasse aux militants antinucléaires : les Verts interpellent le ministre de l'intérieur

Les Verts apportent leur soutien plein et entier au réseau Sortir du nucléaire et dénoncent la mise en garde à vue de Jean Marcon militant antinucléaire du pays d’Aix au simple motif de diffusion de tracts contre le réacteur ITER.

Après la garde à vue de Stéphane Lhomme, porte parole du réseau sortir du nucléaire par la DST voilà quelques semaines, cette nouvelle arrestation démontre qu'une véritable répression contre les militants antinucléaire est en train de se mettre en place en France.

Les Verts demandent solennellement au ministre de l’intérieur de s’expliquer afin de faire toute la lumière cette garde à vue anormale de M. Marcon.

Les Verts seront extrêmement attentifs et mobilisés sur les suites données à cette affaire.

Les Verts s’associent à la commémoration du génocide arménien

Les Verts s’associent aux manifestations organisées le jeudi 24 avril en France pour commémorer le 93ème anniversaire du génocide arménien de 1915.

Les Verts tiennent à rendre hommage au million et demi de victimes arméniennes, massacrées lors du premier génocide du XXème siècle.

Un des principaux engagements des Verts est la lutte pour le respect des droits de l’homme et des minorités.

Pour cela, le devoir de mémoire est essentiel. Parce que la France a mis plus de 50 ans à reconnaître sa responsabilité dans le génocide juif des années 40, que, sur la décolonisation, le travail de mémoire n’est toujours qu’entamé, il est bien difficile de jouer l’exemplarité face aux autres Etats. C’est cependant un enjeu très important : il est nécessaire que l’Etat turc admette l’existence du génocide arménien et sa responsabilité, si l’on veut un jour qu’il y ait réconciliation entre le peuple turc et le peuple arménien. C’est la première des réparations.

Les Verts ont été les premiers à déposer une loi en faveur de la reconnaissance officielle par la France du génocide arménien. Aujourd’hui, cette loi, datée du 29 janvier 2001, existe. Mais cela ne suffit pas. Les Verts appellent en ce jour mémorable la Turquie à cesser de faire régner l’omerta sur cette question, d’ouvrir les débats dans le pays, et de libérer les prisonniers politiques pour que le processus de réparation commence.

En ce jour douloureux, les Verts tiennent à assurer la communauté arménienne de leur pleine et entière solidarité.


Nécrocarburants : Borloo et Bussereau persistent et signent !

Le gouvernement n'a décidément tiré aucune leçon de la crise alimentaire et du rôle criminel des politiques en faveur des agro-carburants.

M. Bussereau vient de déclarer qu'il ne fallait pas « interrompre le mouvement qui est en cours sur les agro-carburants » . La veille, Monsieur Borloo déclarait que la France allait faire une pause tout en affirmant que « les investissements déjà lancés pour produire des biocarburants de 1ère génération seront toutefois honorés ».


Ce n'est pas en réfléchissant sur les agrocarburants de 2e génération que nous stopperons la famine. Nous devons revoir immédiatement au niveau français et européen nos objectifs agricoles et opérer un tournant révolutionnaire en la matière. C'est une question de vie ou de mort.

À l'occasion de la présidence française, les Verts demandent solennellement que l'objectif des 10 % d'agro-carburants en 2020 soit abandonné.

Plus généralement, les Verts rappellent que face à la crise alimentaire, une politique incitant à la réimplantation de cultures vivrières et, plus globalement, de denrées alimentaires, doit être mise en place d'urgence autant en matière d'aide au développement que dans le cadre de la rénovation de la PAC.

La logique du tout voiture est périmée. Dominique Bussereau préfère défendre l'intérêt des industriels qui veulent trouver un nouveau marché lucratif plutôt que l'intérêt général. Il faut développer massivement les alternatives au transport routier et sortir d'une logique qui date d'avant Pompidou.

Encore une fois en matière écologique le gouvernement dit noir et blanc en même temps. Encore une fois, les intérêts des industriels passent avant l'intérêt général.

lundi 24 mars 2008

Refus de l'augmentation du prix des billets de train - réaction presse de cécile Duflot

Le débat sur les bénéfices de la SNCF est en train de prendre une drôle d'orientation. Il semble, comme l'a laissé entendre le secrétariat d'état aux transports, que le gouvernement envisage une hausse du péage ferroviaire qui conduirait à l'augmentation du prix des billets.

Après l'annonce de la fermeture massive des gares de fret, cette augmentation du prix des billets de train démontrerait une deuxième fois la trahison d'un des engagements majeurs issus du Grenelle de l'environnement : le soutien au transport ferré, soutien indispensable pour tenter de lutter contre le réchauffement climatique.

Les Verts n'approuvent pas non plus une politique qui se résumerait à faire de la SNCF un gigantesque opérateur de logistique comme les autres.

Les Verts rappellent leur engagement pour un service public ferroviaire de qualité. Les bénéfices de la SNCF doivent servir à améliorer la qualité du transport de ses voyageurs, et surtout à maintenir les liaisons sur les lignes secondaires voire à permettre, en lien avec les collectivités locales, des ré-ouvertures de lignes comme Caen-Flers, Laval-Mayenne ou Sablé-Segré-Chateaubriant.

Cécile Duflot

Secrétaire Nationale des Verts

mardi 18 mars 2008

Que s'est-il passé dans le Finistère ?

Certains nous demandent : mais que s’est-il passé dans le Finistère ?

Quimper : liste autonome d’ouverture menée par les Verts 16,80%. Fusion avec le PS au second tour. Elus

Mais :

Landerneau : liste écologiste autonome d’ouverture menée par les Verts. 14,55%. Pas de fusion. Passage de gauche à droite.
Morlaix : liste autonome écologistes et gauche alternative menée par les Verts : 25,25 %. Fusion. Passage de gauche à droite
Concarneau : liste autonome menée par les verts : 12,18%. Fusion. Passage de gauche à droite.
Plougastel Daoulas : liste autonome ouverte initiée par les Verts 12,18%. Fusion. Gauche en tête au premier tour mais la droite conserve la mairie.
Plouguerneau : liste autonome écologiste et régionaliste initiée par les Verts 21,52%. Fusion. Gauche majoritaire au premier tour mais la droite conserve la mairie.

Conclusion : Fusion ou pas, la gauche perd 5 villes où nous étions en autonomes.

Explication ?

L’article de Ouest-France ci joint est une bonne analyse. Le secrétaire fédéral du PS le reconnaît : “Une fusion, c’est un accord sur un programme, dans le calme et la sérénité. Sinon, la fusion c’est la confusion. On ne fait pas une fusion entre deux listes sous la pression des évènements”. Surtout quand en face on a des listes de droite avec des figures jeunes et dynamiques qui s’affichent plutôt Modem que UMP et qui ont même su recruter, comme à Landerneau, d’anciennes figures socialistes (retour d’une vieille tradition bretonne qui a déjà vu la démocratie-chrétienne se transformer en social-démocratie).

Le PS fait donc un peu tard son autocritique car son agressivité vis à vis des “Verts non alignés” a été constante et ceci en particulier sous l’impulsion de JJ Urvoas, son secrétaire fédéral, qui ne savait que bouffer de l’écologiste. De notre côté il faut retenir qu’ils ne deviennent sages que quand leur attitude hégémonique les fait perdre (ce qui n'est pas toujours le cas : voir ce qui s’est passé à Rennes où, certain de gagner, ils ont refusé aux Verts, qui le proposaient, une liste d'union au second tour). L’étape que nous avons franchie peut maintenant nous permettre de repartir. Les socialistes savent à présent que nous sommes réellement incontournables.

Oui, l’autonomie est un combat et personne ici ne regrette de l’avoir mené. Un score de premier tour entre 12% et 25% c’est quand même un bon signe qui ne nous aurait pas été donné si nous étions tous partis au premier tour avec le PS. La perte de bastion comme Morlaix, Landerneau, Chateaulin, Concarneau, Quimperlé… sera certainement méditée au PS. Il y arrivera peut-être une nouvelle génération avec laquelle nous pourrons dialoguer.

Gérard Borvon

vendredi 14 mars 2008

A moins de 48h00 du second tour des municipales à Evreux, Michel Champredon a recours une nouvelle fois à l’illégalité

C’est décidément devenu une habitude pour Michel Champredon, à moins de 48h00 du second tour des élections municipales à Évreux, Michel Champredon use et abuse de méthodes répréhensibles par la loi.

Quelques heures après le retrait déclaré de Rachid Mammeri de la course à la mairie d’Évreux, Michel Champredon téléphone à un des responsables du groupe local des Verts d’Évreux pour lui demander si les Verts le soutiennent pour le second tour. Il est alors aux environs de 13h00 lorsque ce responsable lui répond très officiellement que rien de tel n’a jamais été dit, ni envisagé.

Cela n’empêchera pourtant pas, vers 17h00, l’équipe de collage de M Champredon de placarder sur les panneaux officiels de campagne n° 1 une affiche annonçant que les Verts soutiennent Michel Champredon pour le second tour.

Les Verts essaient alors de joindre M Champredon pour lui demander de retirer ces affiches. Un message lui est laissé sur sa boite vocale car il ne répond pas à cet appel téléphonique. Deux heures plus tard, c’est son mandataire financier qui rappellera les Verts. Il lui est signifié que les Verts d’Évreux n’ont jamais déclaré leur soutien à la liste de Michel Champredon et que par conséquent ce placard est une usurpation d’identité à des fins de tromper les électeurs.

Peu avant minuit ce vendredi, les placards mensongers étaient toujours en place.

Les Verts rappellent qu’après avoir été évincés de toute possibilité de représentation municipale par le refus de Michel Champredon de fusionner avec la liste de Rachid Mammeri il ne leur est pas possible d’envisager de s’afficher en soutien à sa liste de second tour.

Si bien évidemment les Verts n’envisagent pas de faire campagne contre lui, il n’est pour autant pas question de cautionner des méthodes et des pratiques archaïques qui n’aident pas à redorer l’image de la politique au regard des citoyens et qui vont à l’encontre des fondamentaux démocratiques de l’écologie politique.

Benoît Fenault

Secrétaire des Verts d’Évreux

mercredi 12 mars 2008

A propos des négosiations entre Rachid Mammeri et Michel Champredon

De nombreuses personnes me demandant des précisions concernant le déroulement des négociations, voici la réponse que je leur ai apporté.


Bonjour,

En réalité il n'a jamais été question dans l'esprit de Michel Champredon de déposer une autre liste que celle qu'il avait lors du 1er tour. Les négociations entamées dimanche soir entre lui et Rachid Mammeri ont abouti lundi soir à minuit trente par l'accord du principe de la proportionnelle. Il était donc convenu de se revoir le mardi pour désigner les 15 personnes dont 11 éligibles de la liste de Rachid Mammeri qui devaient intégrer la nouvelle liste de Champredon. Pour se faire, les 45 personnes personnes de la liste Mammeri se sont rencontrées mardi entre 12h00 et 14h30 pour valider cette désignation.

A 15h00 les négociations reprennent au London Pub. L'ordre des candidats dans la liste est validé par les négociateurs. Vers 16h15, il reste juste à désigner qui seront les 4 adjoints ou vice présidents d'agglo puis à faire signer cette liste par l'ensemble des 45 candidats.

Rachid Mammeri présente donc son nom au premier poste d'adjoint qui nous est attribué, celui des finances. A ce moment Thierry Desfresnes intervient et annonce qu'au nom des communistes ils ne veulent pas de Rachid à ce poste sous prétexte qu'il n'aurait pas "la bonne image". Rachid se lève, demande à Champredon de se mettre d'accord avec les membres de sa liste et lui dit attendre un appel téléphonique pour reprendre la suite des négociations. Puis il se rend sur le parking en face du London Pub où nous passons une demi-heure à faire les cent pas en attendant cet appel qui ne viendra jamais. Rachid décide alors de retourner dans la salle des négociations car il ne reste guère plus qu'une heure avant la clôtiure du dépôt des listes. Or, surprise, la salle est vide. Il n'y a plus personne pour négocier.

Rachid rappelle Champredon au téléphone. celui-ci ne répond pas, mais quelques minutes plus tard il reçoit un SMS indiquant qu'il est au café du Palais. Rachid s'y rend et retrouve vers 17h00 Champredon pour terminer ces négociations. A 17h15, alors qu'ils se sont mis d'accord sur les noms des adjoints, Rachid reçoit un appel d'un membre de notre liste qui vient de croiser le mandataire financier de Champredon à la préfecture, muni du récépissé de dépôt de sa liste. Rachid demande confirmation à Champredon qui ne lui répond pas. Il est 17h30. Il nous reste juste le temps d'aller déposer notre propre liste en préfecture, il est 17h50, 10 mn avant l'heure de clôture.

Voilà comment les choses se sont passées. Alors vous comprendrez que pour ma part je ne souhaite pas mettre à la tête de notre commune et de la communauté d'Agglomération un cambrioleur, manipulateur et menteur de surcroit. J'ai une autre vision de la politique, plus noble sans doute, en tout cas portée par une certaine éthique. Je pense que les valeurs de gauche se jugent aussi sur les actes, pas seulement sur les slogans ou sur les grandes déclarations, qu'elles soient faites à la presse ou en catimini. Je crois en la valeur des mots et de la parole donnée. Je crois que Rachid est porteur de cet idéal d'une nouvelle gauche propre et ouverte, tout l'opposé de Champredon qui pratique des méthodes immorales, sectaires, douteuses et parfois même illégales.

Alors vous comprendrez qu'entre un candidat de droite et un des deux candidats de gauche, mon bulletin de vote ira à celui de gauche en qui je puisse avoir confiance, c'est à dire Rachid Mammeri.

Cordialement

Benoît Fenault

Pour mémoire :
Evreux: un dissident du PS filmé en train de dérober des affiches ...

2ème tour des municipales à Evreux

Une liste UMP, une liste PS-Verts-Champs Libres et une liste communiste seront donc présentes pour disputer le 2nd tour des municipales à Évreux.

La liste UMP du sarkozyste J.P. Nicolas a réalisé 36 % au premier tour malgré le bilan économique, social et démocratique catastrophique de sept années de sa politique. Ne parlons même pas de protection environnementale, le bilan est nul sur ce point.

La liste communiste de R. Plaisance menée par M. Champredon a réalisé 30 % lors du premier tour et prétend porter un programme de gauche tout en usant et en abusant de déni démocratique (refus de fusionner avec la liste Verts-PS pour le second tour), de méthodes illégales (vol de matériel électoral) et recourant à des propos mensongers et injurieux en vue de faire bruire des rumeurs relevant de la fourberie ( propos tenus en public dans un café-restaurant de La Madeleine ce mardi soir accusant Rachid Mammeri de vouloir : "une voiture de fonction et son chauffeur", "donner du travail à ses amis", ...), et comble du comble accusant la liste PS-Verts-Champs Libres d'avoir mis fin aux négociations de fusion alors que Michel Champredon est allé déposer en préfecture pour le second tour sa liste de premier tour sans même annoncer à ses partenaires qu'il mettait fin aux négociations.

La liste
menée par Rachid Mammeri réunissant le parti socialiste et les Verts à laquelle sont associés des militants de la société civile et du PRG, a quant à elle obtenu 15 % des suffrages lors du premier tour. Confrontés au refus de fusion des communistes et de M. Chapardon, ce sont les représentants de 15 % de la population qui seraient bafoués au nom du refus de partager les responsabilités municipales. Non contents d'obtenir la fonction de Maire et la Présidence d'Agglomération, les communistes et M. Champredon ont tout simplement refusé d'adjoindre Rachid Mammeri aux finances sous prétexte de " mauvaise image".

Mais de quelle image parle-t-on ? Aux journalistes de France Bleu qui ont posé la question, il n'a été apporté aucune réponse par leur tête de liste. Aux membres de la liste PS-Verts qui ont posé cette question, il n'y a eu aucune réponse : Circulez, il n'y a rien à voir !

Ce que proposent les communistes de Roland Plaisance et leur représentant M. Champredon, c'est tout simplement d'interdire toute participation aux affaires municipales aux socialistes, aux Verts, aux militants associatifs et de la société civile qui se sont engagés à défendre un programme de justice sociale et de démocratie locale plaçant l'écologie au cœur des politiques publiques.

En politique, il est irresponsable d'agir à l'encontre des ses engagements publiques et c'est précisément ce que pratique la liste communiste de M. Champredon et cela avant même que de pouvoir prétendre aux plus hautes responsabilités de la commune et de l'agglo. Il est donc légitime de se demander quel sera le comportement de cette même équipe si ces responsabilités leur étaient confiées.

Partout en France les accords de second tour se font à gauche sur la base d'une représentation de liste proportionnelle à l'électorat et sur le même partage proportionnel des responsabilités. C'est cette représentation et ce partage des responsabilités qui assure le débat démocratique à l'intérieur d'une majorité municipale. Il est maintenant visible que la liste communiste de M Champredon ne souhaite pas ce débat démocratique et a tout mis en œuvre pour en éteindre tous les germes.

Les Verts, les socialistes, les militants associatifs et de la société civile que nous sommes ne pouvaient abandonner les valeurs fondamentales que nous défendons et c'est pourquoi nous invitons les électeurs ébroïciens à soutenir résolument Rachid Mammeri et le projet économique, social, environnemental et démocratique que nous portons afin que chacune et chacun, citoyennes et citoyens d'Évreux, puisse espérer pleinement participer à la vie de sa cité, de notre cité, dans le respect et la reconnaissance de l'autre, et notamment des plus démunis.

Benoît Fenault
secrétaire des Verts d'Évreux

mardi 26 février 2008

Elections cantonales EVREUX-SUD


Jacqueline FIHEY, Azzedine MECHIOUKHI

Vous invitent à leurs réunions publiques

Lundi 3 mars (19h30-22h) mille-club de Guichainville


Mardi 4 mars (18h30-20h) salle des fêtes des Ventes


Mercredi 5 mars ( 2oh- 22h) salle communale d'Angerville



dimanche 24 février 2008

Heures suplémentaires et chômage

Un patron a dix employés qu’il paie 10 euros brut de l’heure pour 35 heures.

-Question 1: sachant que le taux de charge patronal est de 50% du brut combien lui coûtent ses employés chaque semaine ?









Les heures supplémentaires sont désormais exemptées de charges sociales. Sachant que les heures supplémentaires sont payées 10% de plus (contre 25% avant que la droite ne revienne au pouvoir)

- Question 2 : Le patron licencie un employé et fait faire des heures supplémentaires aux 9 autres. Combien coûte cette même semaine de travail au patron?







- Question 3 : Combien d’emplois créés ?
Zéro

- Question 4 : Combien de chômeurs en plus ?
Un

- Question 5 : et l’équilibre de la Sécurité social et Assédic ?
Le déficit est accru de 140 euros par semaine en recette + un chômeur à payer en plus.

-Question d’approfondissement : Imaginez le résultat dans la grande distribution, le textile ou dans toute autre industrie de main d’oeuvre (pensez à multiplier par 52 semaines par an).

jeudi 21 février 2008

Elections cantonales EVREUX-SUD EVREUX-EST : extraits de la conférence de presse

Nous sommes réunis au Café Turc pour présenter publiquement les objectifs de notre candidature aux

élections cantonales des 9 et 16 mars

Candidats Verts , nous souhaitons très fortement que le futur Conseil Général soit :

*

majoritairement à Gauche, comme celui qui touche à la fin de son mandat ,
*

plus diversifié dans sa représentation des partis politiques de gauche . Actuellement, aucun conseiller général Vert ne siège. Dés le 17 mars 2008, il faut que cela change. Les urgences environnementales sociales et démocratiques sont reconnues de tous. Et les élus Verts sont porteurs de renouveau dans la recherche et la mise en œuvre de solutions adaptées et pertinentes.

Cette recherche de solutions , nous l’avons déjà bien travaillée depuis plus d’ un an et demi dans le cadre du collectif Champs Libres, créé à l’initiative des Verts, ouvert aux citoyens partageant nos valeurs, mais ne désirant pas adhérer au parti des Verts.

Ceux qui nous ont rejoint, vivent aux alentours d’Evreux ou à Evreux même. Leurs problèmes, leurs idées nous ont permis d’envisager des solutions concrètes dont nous allons vous parler. Elles se caractérisent par la mise en action simultanée de plusieurs collectivités territoriales : municipalité, communauté d’agglomération, conseil général, conseil régional.

Les problématiques de l’eau, de l’emploi,… ne se solutionnent pas à un seul de ces échelons.

Pour autant, la mise en action simultanée de plusieurs collectivités territoriales , pour nous, ne signifie certainement pas que ce soit un seul et même élu qui occupe chacun de ces postes.

Nous sommes fondamentalement opposés au cumul des mandats.

Notre conception de la mission de conseiller général ressemble à celle d’un délégué de canton : il doit être disponible et proche des habitants pour à la fois les écouter, les consulter et effectuer les démarches au sein du conseil général et des collectivités concernées, afin de mettre en place les solutions d’intérêt général. Cela n’est pas compatible avec un ou plusieurs mandats d’elu : chaque mandat nécessite cette même disponibilité et proximité.

Nous allons successivement décliner nos propositions pour chacun des 2 cantons Evreux-Est et Evreux-Sud, puis

Nos priorités à l’échelle du département (politique de l’emploi, de l’eau, des déchets , de la santé, des déplacements, de la petite enfance, des collèges,…)

Quant à moi, Jacqueline FIHEY, je me sens bien préparée à devenir votre Conseillère Générale :

*

Ma longue expérience professionnelle auprés d’étudiants futurs enseignants pour les former à éduquer à leur tour les élèves à l’écologie et au développement durable,
*

Mon implication dans les associations de respect de l’environnement et des droits de l’homme, puis dans le collectif Champs Libres…
*

Tout le travail d’élaboration d’un programme municipal d’Union de la Gauche ébroïcienne m’ont amenèe à élaborer un projet de développement soutenable à l’échelle territoriale

Candidate Verte sur le canton Evreux-Sud, je remercie publiquement Azzedine MECHIOUKHI d’avoir « sauté le pas » en s’engageant à mes côtés comme remplaçant . Sa connaissance de terrain des problématiques de la jeunesse et du logement tant sur La Madeleine que sur les communes du canton est extrêmement précieuse.

Avec Azzedine , et avec vous , j’ai vraiment envie d’être la première conseillère générale verte de l’Eure.

18 Février 2008 , Jacqueline FIHEY

Candidate Evreux-sud

dimanche 17 février 2008

Cantonales Evreux-Sud et evreux-Est

Elections cantonales EVREUX-SUD EVREUX-EST

Jacqueline FIHEY, Azzedine MECHIOUKHI

Alain GOFFI, et Dominique GEORGE

Vous invitent à la conférence de presse

ou ils vous présenteront leurs candidatures aux élections cantonales

Canton d’EVREUX-EST : Alain GOFFI (titulaire) Dominique GEORGE (suppléante)

Canton d’EVREUX-SUD : Jacqueline FIHEY (titulaire) Azzedine MECHIOUKHI (suppléant)

Lundi 18 Février à 18h

Galerie Saint André

rue Romain Rolland devant la Fromenterie

27000 EVREUX

Vous pouvez nous rencontrer sur notre blog : evreux-ecologie.blogspot.com

samedi 9 février 2008

Conférence de presse commune de Evreux-Gauche et de Rachid Mammeri du 08 02 08

A ce stade, nous voulons vous expliquer pourquoi Évreux-Gauche et le P.S réalisent une liste commune ?


Pour nous Évreux-Gauche, l’histoire est partie de notre volonté de rassembler la gauche ébroïcienne pour répondre aux appels de la population. L’union s’était faite dans un premier temps autour du PCF et des Verts-Champs libres et avait pour vocation de s’élargir aux formations de gauche. De fait, cette liste s’est élargie de certains membres du PS et de citoyens engagés.


Pendant un mois, nous sommes restés en contact avec les autres listes et il y a eu plusieurs rencontres avec Rive gauche et le PS.


Nos préalables pour permettre une union se basaient sur 4 conditions : Le non cumul des mandats, l’accord programmatique, pas d’union avec le modem et la représentation d’une liste équilibrée.


Lors de nos tractations avec Rive gauche, ces points d’accord n’ont pu être réglés tant au niveau du non cumul des mandats que des accords programmatiques : nos pratiques démocratiques n’étaient pas en accord avec la notion si chère à Rive gauche, celle de Grand Évreux. Rive gauche n’était pas en accord avec l’importance de la ligne Rouen Évreux et ne semblait pas non plus avoir les mêmes ambitions au niveau du déplacement urbain et refusait le tramway de s'engager sur la réalisation du tramway en y associant un référendum.


Ceci n’a pas été du tout le cas des socialistes portés par Rachid qui eux acceptent avec enthousiasme ce projet de tramway. Mais ceci n’est qu’un point, puisqu’après nos rencontres, aujourd’hui nous pouvons dire que nos 4 conditions sont respectées et même dire que la représentation dans la liste est mieux équilibrée que ce que pouvait proposer Rive gauche.


Quand je dis que nos conditions sont respectées, c’est bien de là, la notion de respect, que partent les tumultes que nous avons rencontré au cours de la semaine passée, puisque vous savez que la plate forme a été lâchée par les communistes et les silighinistes. Ceux-ci ont décidé de partir avec Rive gauche, non pas suite aux rencontres, non pas suite au respect de nos conditions préalables, au respect de nos valeurs, de notre projet pour Évreux mais suite à l’intervention de Mr plaisance, pour lequel d’ailleurs Michel Champredon dit que sa vision d'Évreux n’est contestée par personne et c’est bien ce que la population a confirmé en 2001 !

Pour nous, répondre à la commande de Mr Plaisance aurait été synonyme de trahison de nos valeurs démocratiques.


Le rassemblement nous le souhaitions très fort et nous y avons même rêvé pour détrôner la municipalité actuelle, pour faire sortir notre ville de ce chemin la conduisant vers la médiocrité. Nous disions un grand oui au rassemblement mais pas à une union à n’importe quel prix, puisqu’il nous fallait payer de nos valeurs, de notre libre expression. Peut-être avons-nous même payé d’un rejet de candidats non traditionnellement inclus dans le clan des élus. Ce non à Rive gauche n’est pas signe d’irresponsabilité comme on n’a pu me le dire, c’était au contraire une grande responsabilité que de dire qu’on ne suivait pas. Mais c’est un signe de courage que de continuer de porter notre projet démocratique que nous, nouveaux candidats dans le paysage politique, défendions depuis le début.


Aujourd’hui avec le PS, cette expression de renouveau politique, de pratique démocratique semble être un point d’ancrage de nos deux formations vers un projet ambitieux pour toute la population ébroïcienne. Nous affichons ce renouveau par la présence de jeunes sur la liste, pas pour de la figuration le temps d’une campagne, mais bien pour une prise de responsabilités. Le renouveau politique passe par la transmission des savoirs des plus expérimentés qui nous suivent, par la formation des plus jeunes, par l’accompagnement de ceux-ci dans leur volonté de faire exister leur ville pour la rendre attractive pour le bien-être de la population. C’est d’ailleurs pour cela que nous jugeons important de fonctionner avec un principe d’adjoint auquel on associe des délégations. Une fois de plus, notre renouveau n’est pas signe d’incompétence, non, nous, nous nous voulons porteurs d’un message politique fort et notamment en ce qui concerne la démocratie locale.


Nous parlons souvent de démocratie participative, mais en réalité qu’est-ce que l’on entend par là ? Pour nous, ce sont des formes de démocratie directe qui sont nécessaires pour permettre aux citoyens de veiller et d'agir auprès des élus entre deux consultations électorales. Attention, il ne s’agit pas de consulter ponctuellement la population et dire aux habitants : « vous voyez, on a respecté notre contrat, on vous consulte ». Non il s’agit bien de faire que cette démocratie directe soit un état d’esprit, ce qui forge et renforce la personnalité d'Évreux grâce à la transparence dans les informations (lutter contre toutes les formes de pouvoir personnel).


Pour cela :


  • L'accueil du public durant le déroulement du conseil municipal doit être encouragé.

  • les réalisations de la Ville faire l'objet d'une communication impartiale !

  • Des outils doivent être créés pour permettre l'exercice réel d'un contrôle démocratique des décisions municipales :

1/ Conseils consultatifs de proximité

S'adressant à toutes les couches de la population, créés dans chaque quartier, ayant pour objectif d’associer les habitants aux choix municipaux et de noter leurs propositions.

2/ Ateliers d'habitants

Participation des acteurs et des habitants sur les sujets stratégiques de l'action municipale (Santé, aménagement du territoire, déplacements, culture, sports…) où l'intérêt général doit être recherché.

3/ Consultation effective de la population sur les grands projets

Offrir aux citoyens les moyens nécessaires pour se forger une opinion. La Ville doit fournir une information à leur portée. Ce dispositif doit être complété par l’organisation de débats publics et d'instances de concertation devant tendre, là encore, à un accord faisant de l’intérêt général une priorité

4/ Les Assises de la ville

L'organisation d'Assises de la ville offrira un temps de débat entre population et élus, l’occasion pour la municipalité de faire le point sur leurs attentes et les préoccupations. L'urgence à les organiser - née du retard accumulé en matière de cohésion sociale - nécessite la tenue rapide d'assises dans le domaine de la solidarité, l'aménagement du territoire (ANRU), la culture et les déplacements.

5/ Un forum permanent des associations

Depuis 2001, la rigueur budgétaire est au menu des associations bridées dans leurs initiatives destinées pourtant à répondre aux besoins réels des habitants. L'aide aux associations – plus juste et plus rationnelle - deviendra donc une priorité de notre politique municipale. La mise en place d’un forum permanent des associations permettra la mise en commun des ressources et l’émergence de compétences nouvelles.

6/ Une communauté d’agglomération « accessible »

Réfugiée derrière son enceinte grillagée, L'Agglo. vit trop loin des communes et de ses habitants. Elle doit élargir le travail avec les élus des communes par le biais de groupes de travail.


Les mots d’ordre pour permettre cette forme de démocratie sont l’information et la communication, que nous réaliserons immédiatement et concrètement par exemple par une rénovation du journal de notre ville. Votre feuille de chou sera dorénavant quelque chose de vivant, animé par un comité de rédaction constitué des citoyens d'Évreux, de tous les quartiers, réalisant ainsi un échange des différents point de vue sur des sujets locaux. Sa fréquence de parution devra être beaucoup plus rapprochée afin de permettre une meilleure communication sur les évènements se déroulant sur notre, votre ville et donc permettant de la rendre vivante, animée. Des espaces seront réservés aux associations pour que celles-ci puissent nous faire part de leur implication dans la vie des Ébroïciens. Le comité de rédaction aura la responsabilité de permettre un affichage clair des actions, propositions, débats tenus lors des conseils municipaux.


Enfin, Voilà la démocratie locale telle que nous la voyons pour vous, une de nos grandes ambitions pour faire renaître l’investissement, l’échange, la solidarité entre les habitants eux-mêmes et les habitants et la municipalité.

Sandrine Cocagne, porte-parole communiste de Évreux-Gauche




lundi 21 janvier 2008

« Je ne volerais pas une voiture... mais je télécharge des films »

« Je ne volerais pas une voiture... mais je télécharge des films » lance le groupe des Verts/Alliance libre européenne dans la vidéo de sa campagne pro-partage I Wouldn’t Steal (voir ci-dessous). Le groupe, qui possède 42 sièges au parlement Européen, a en effet décidé de réagir « à la propagande anti-piratage de l’industrie du divertissement » avec un film et un site Internet. Par cette campagne, le groupe s’attaque aux multinationales qui, selon lui, cherchent à diaboliser les consommateurs et le partage pour sauver non pas les artistes mais leurs propres bénéfices.

Sur le site, on peut lire le message suivant :

« Chaque fois que vous louez un film, les multinationales de l’industrie des médias vous oblige à regarder leur propagande. Ils prétendent que télécharger des films est la même chose que d’arracher des sacs, de voler des voitures ou de voler à l’étalage. C’est tout simplement faux — faire une copie est fondamentalement différent de voler.

L’industrie des médias n’a pas réussi à offrir des alternatives légales viables et ils n’ont pas réussi à convaincre les consommateurs que le partage était du vol. Malheureusement, ils ont réussi dans un autre domaine — le lobbying pour faire des lois pour criminaliser le partage, en tournant les consommateurs en criminels. Ils affirment que leurs lois sont nécessaires pour soutenir les artistes, mais en réalité, elles sont là pour protéger leurs propres bénéfices.

En Europe et dans le monde entier, les Verts se sont opposés à ces lois. Nous pensons que les consommateurs sont prêts à payer si on leur offre de la bonne qualité à un prix juste. Nous pensons également que le partage favorise l’expansion de la culture — non sa mort. »

Sous le slogan « aider les artistes, pas les multinationales », ils lancent également trois propositions pour financer le travail artistique sans attaquer les droits des consommateurs : taxer la publicité (« une forme de pollution mentale, qui vole notre temps et notre attention »), renforcer les droits des créateurs et réformer la répartition des royalties vers un système dégressif (un morceau joué pour la 100 millionième fois rapporterait moins que la 1ère fois) pour éviter qu’un petit groupe d’artistes encaissent la majorité des revenus.

Le film, visible sur YouTube, a aussi été mis à disposition sur BitTorrent via le site de The Pirate Bay. Des politiques qui s’associent à The Pirate Bay ? Une première qui ne manque de ravir ces derniers, qui ont décidé de montrer leur support en affichant un logo aux couleurs de la campagne sur la page d’accueil de leur site.

Film I Wouldn’t Steal - DR

dimanche 20 janvier 2008

Coupe sombre sur le personnel du fret ferroviaire : triste avenir pour notre planète en perspective

Les Verts estiment une fois de plus inconséquente l'action du gouvernement en matière environnementale et sociale.

D'un côté, annonce du développement ferroviaire et de modes de consommations d'énergies alternatives, de l'autre, fermeture de plus de 250 gares de marchandise et suppression de plusieurs milliers de postes en 2007 et d'un millier au bas mot pour le fret dans le budget SNCF en 2008.

D'un côté grand tralala du Grenelle et sauvetage de la planète la main sur le coeur, de l'autre aucun effort financier pour sortir du tout voiture, gangrène de notre planète et raison majeure du dérèglement climatique.

D'un côté, décroissance des emplois à venir pour toute l'économie reposant sur le pétrole, de l'autre, une politique de restriction du nombre d'emplois.

"Ceux qui restent gagneront plus" dit la direction de la SNCF. Comme M. Sarkozy l'a promis dans tous les secteurs en particulier public, en particulier pour l'éducation. Et ceux qui ne travailleront plus, qu'en fera-t-on?

samedi 12 janvier 2008

Vie privée, vie publique, République et laïcité

L’éditorial de Jean-Pierre Dubois, président de la LDH – LDH Info n°172 décembre 2007


2007 s’est achevée dans un climat exaspérant pour les défenseurs des droits, de la citoyenneté et de la république laïque, démocratique et sociale que nous sommes.

Exaspérante, la vulgarité clinquante qui étale la fortune et les bonnes fortunes du monarque dans le style des pires feuilletons télévisés, jusqu’à retrouver le premier magistrat de la République à la une d’un de ces hebdomadaires qui semblent devoir servir de chroniqueurs du quinquennat. Au-delà d’une personnalité « décomplexée », la dégradation de la représentation politique se révèle crûment dans la mise en scène de cette dolce vita élyséenne.

Exaspérante et plus intolérable encore, cet autre mélange « vie privée, vie publique » qui installe des convictions religieuses personnelles au cœur de la représentation de la République. Le nouveau « chanoine de Latran », concédant que la laïcité est « un fait incontournable dans notre pays », partage « les souffrances que sa mise en œuvre a provoquées en France chez les catholiques, chez les prêtres, dans les congrégations, avant comme après 1905 » et proclame que « la laïcité […] n’a pas le pouvoir de couper la France de ses racines chrétiennes. Elle a tenté de le faire. Elle n’aurait pas dû […] Arracher la racine, c’est perdre la signification, c’est affaiblir le ciment de l’identité nationale, et dessécher davantage encore les rapports sociaux qui ont tant besoin de symboles de mémoire. »

Voici donc cette fameuse « identité nationale » éclairée par celui qui en a fait un objet de ministère : « la République a intérêt à ce qu’il existe […] une réflexion morale inspirée de convictions religieuses. D’abord parce que la morale laïque risque toujours de s’épuiser ou de se changer en fanatisme quand elle n’est pas adossée à une espérance qui comble l’aspiration à l’infini. Ensuite parce qu’une morale dépourvue de liens avec la transcendance est davantage exposée aux contingences historiques et finalement à la facilité. »

Oui, vous avez bien lu : seules les croyances religieuses peuvent vacciner contre le fanatisme. On ne sait qu’admirer, de la lucidité du regard porté sur notre monde ou de la richesse de la réflexion sur le passé, pourtant facilitée par le lieu même où il s’exprimait, que révèle chez le « Président-chanoine » cette métaphysique fort peu républicaine.

Mais qui assurera l’imprégnation dans les consciences de cette « religion civile catholique » ?

« Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé, même s’il est important qu’il s’en approche, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance.» Reste à indiquer à « l’instituteur » comment le « Président-chanoine » souhaite qu’il « s’approche » du pasteur et du curé ; on espère qu’il n’ira pas jusqu’à préconiser « la radicalité du sacrifice de sa vie », le suicide du martyr ne semblant pas avoir fait toutes ses preuves dans la lutte contre le fanatisme.

Il nous faut, dans notre critique des dégâts démocratiques de ce début de mandat présidentiel, prendre la mesure d’un brouillage des repères qui menace tous les aspects de la vie civique et de l’éthique républicaine. Cela suppose une réflexion approfondie sur les changements sociaux et culturels qui rendent la tâche à la fois plus difficile et plus indispensable. Les réflexions riches et nombreuses de nos derniers Congrès sur la laïcité en ce début de XXIème siècle nous y aideront.

Bonne année, « laïque, démocratique et sociale », à toutes et à tous…

Visitez le site de EVREUX-GAUCHE plateforme pour les élections municipales de mars 2008

Visitez le site de ÉVREUX-GAUCHE - Solidaire, Verte, Démocratique,

La plateforme électorale de la gauche ébroïcienne pour les élections municipales de mars 2008.

Et apportez votre soutien en signant le texte fondateur en ligne.



Pesticides : alerte !

Le rapport de l'Ifen, l'Institut français de l'environnement nous rappelle tristement qu´une fois de plus les eaux françaises sont largement polluées par les pesticides : 9 rivières sur dix contrôlées présentent ainsi un ou plusieurs pesticides ainsi que la moitié des eaux souterraines.

La France confirme son rang de premier utilisateur en Europe et de troisième utilisateur mondial de pesticides derrière les Etats-Unis et le Japon. Ce triste record a des conséquences dramatiques pour la biodiversité mais aussi pour la santé humaine, et notamment de celle des agriculteurs qui les utilisent.

L´appel de Paris lancé en 2004 par de grands scientifiques dont le cancérologue Dominique Belpomme indiquait que le développement de nombreuses maladies actuelles, et en particulier des cancers, est consécutif à la dégradation de l'environnement, que la pollution chimique constitue une menace grave. Que notre santé, celle de nos enfants et celle des générations futures étant en péril, c'est l'espèce humaine qui est elle-même en danger.

Le 7 septembre 2007 un sondage avait indiqué que pour plus de 90 % des Français(e)s la limitation de l'usage de pesticides dans l'agriculture doit être une des mesures prioritairement adoptée suite au Grenelle de l'environnement.

Le président Sarkozy avait déclaré qu’il fallait interdire en urgence les pesticides les plus dangereux et proposer un plan de réduction de 50% des pesticides, «si possible dans les dix ans qui viennent». Les Verts avaient critiqué ce manque d´ambition, non conforme aux conclusions du groupe de travail mais force est de constater que même ce plan si peu ambitieux reste une promesse non tenue.

Oui il est possible mais aussi nécessaire d’interdire les pesticides. L'amiante a déjà fait des milliers de victimes et fait encore actuellement 3000 morts par an. Ce drame était évitable mais rien ne fut fait sous la pression des lobbies et la lâcheté de certains hommes politiques .

Il faut interdire l'utilisation des produits dont le caractère cancérogène, mutagène et reprotoxique (toxique pour l'appareil reproducteur) est certain ou probable chez l'homme .

Les Verts demandent l’application du principe de précaution et de soutenir efficacement l’agriculture bio comme le font par exemple les élus verts dans les régions et les municipalités..

Cécile Duflot
Secrétaire Nationale



jeudi 10 janvier 2008

Clara Rojas et Consuelo Gonzales libres

Clara Rojas et Consuelo Gonzalez sont libres. C’est avec une émotion profonde, un soulagement intense et l’espoir que rouvre cette libération pour une résolution globale du problème des otages que les Verts ont au la confirmation de cet évènement très important.

Ingrid Betancourt et Clara Rojas nous accompagnent au quotidien depuis leur séquestration dans la jungle après avoir été enlevées il y a près de 6 ans le 23 février 2002 alors qu’elles faisaient campagne pour la présidence et la vice-présidence de la Colombie pour le Partido-Verde-Oxigeno.

Les Verts se félicitent de l’issue de ce qui ne doit être qu’une première phase d’un processus de médiation global pour aboutir à la libération de tous les otages. Celle-ci, à laquelle a activement participé le président Chavez et la sénatrice Piedad Cordoba, est la voie qui a permis la première avancée tangible dans la perspective d’un accord humanitaire.

Ils appellent les FARC et le gouvernement colombien à continuer à poursuivre ce processus de médiation du président Chavez et de Piedad Cordoba et attendent avec une impatience attentive la libération d’Ingrid Betancourt.

Cécile Duflot
Secrétaire nationale des Verts

RENCONTRES

Législatives 2007 :
Vous avez rencontré Jacqueline Fihey et Jean-Yves GUYOMARCH candidats des Verts sur la 1ère circonscription de l'Eure :


..
- Marché de St André de l'Eure, vendredi 23 mars et 8 juin
- Réunion publique à St André de l'Eure, vendredi 30 mars à 18h00, mairie.


.
Aspiration, La Madeleine, Verneuil-Sur-Avre. by John Taylor Arms
- Marché de Verneuil, samedi 28 avril
- Réunion publique à Verneuil sur Avre, Jeudi 10 mai , Salle Magali - Maison du Four - Avenue André Chasles


Mairie de Breteuil-sur-Iton
- Marché de Breteuil, mercredi 4 avril et 6 juin
- Réunion publique à Breteuil sur Iton, jeudi 12 avril à 20h00, salle des Richards, près de l'école maternelle



L'image “http://ville.menilles.free.fr/photoindex/2.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

- Marché de Ménilles, dimanche 8 avril


L'image “http://tcpacy.free.fr/images/LogoPacy.GIF” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
- Marché de Pacy sur Eure, jeudi 12 avril et 7 juin
- Réunion publique à Pacy sur Eure, mardi 17 avril à 20h00, salle Leclerc, 80 rue A. Briand


- Marché de Damville, mardi 15 mai et 5 juin
- Réunion publique à Damville, mercredi 23 mai à 20h00


- Marché de Nonancourt, mercredi 23 mai
- Réunion publique à Nonancourt, mardi 29 mai à 20h00

...
- Marché de Évreux centre-ville, samedi 19 et 26 mai.................
- Marché de Évreux La Madeleine, dimanche 20, 27 mai, 3 juin

- Marché de Évreux place Clémenceau, jeudi 24 mai..............

- Marché de Évreux Nétreville, mercredi A-M 30 mai et 6 juin......
- Réunion publique à Évreux, avec Cécile DUFLOT, secrétaire nationale des Verts, mercredi 6 juin.

- Ballade " A la découverte des pertes et résurgences de l'Iton " avec Jacqueline FIHEY, samedi 5 mai après-midi _______________________________________________________


Municipales 2008 :
Vous souhaitez assister ou participer aux réunions thématiques, vous y êtes cordialement invité(es). Rejoignez le collectif CHAMPS LIBRES.

...........................................L'image “http://www.evreux.fr/upload/rubriques/dcouverte260.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


CHAMPS LIBRES
........................................................................................
Commission Vivre ensemble :
........................................................................................
Assemblée Générale Collectif Vert et Ouvert :

........................................................................................
Commission Education - Emploi :

........................................................................................

Commission Environnement :
........................................................................................
Réunion du bureau du collectif :
........................................................................................
Commission Culture :

........................................................................................
Commission Démocratie participative :

Faire de chaque citoyen un acteur engagé

Attaques contre les droits démocratiques, insécurité sociale croissante, dégradation des services publics et recul de l’État-providence sous l’effet de politiques soumises aux diktats d’une adaptation de notre société aux exigences de la mondialisation libérale, c'est le résultat des politiques libérales et sociales libérales menées depuis des années à des degrés divers.

Voilà 5 ans maintenant que la droite est revenue aux affaires, ce sont quatre ans qui n’ont fait qu’aggraver la situation, 4 ans de reculs aussi dans le domaine environnemental, avec un gouvernement qui s’est érigé en syndicat des lobbies de la chasse, des bétonneurs du littoral, de la route, de l’industrie chimique, du nucléaire, des OGM, et qui brille par son inaction face aux changements climatiques et à la crise de l’énergie. 5 ans de contre-réformes.

Cette entreprise de démolition a été menée avec constance, en dépit des oppositions qu’elle n’a cessé de rencontrer parmi les classes défavorisées et une partie des classes moyennes, grandes victimes de cette politique, ce qui montre le peu de cas que ce gouvernement fait de la démocratie. Mais pouvions-nous en douter ?

Lorsque nos dirigeants ne cessent de marteler, jour après jour, et les média derrière eux, que c’est l’économie qui commande et que le politique ne peut rien faire, si ce n’est à la marge, il n’est pas étonnant que la politique suscite une défiance croissante chez le citoyen.

Et pourtant, contrairement à ce que l’on entend souvent, nos concitoyens manifestent en maintes circonstances leur intérêt pour le débat et pour l’action collective.

Et ce, même s’ils le font en dehors des partis politiques et des institutions : ainsi, les banlieues défavorisées ne sont pas seulement des lieux de désespérance, elles témoignent souvent d’une grande richesse d’initiatives.

Ou regardons avec quel “appétit” de débat la société s’est saisie du projet de traité constitutionnel pour l’Europe, ou encore l’intérêt que suscitent les projets d’aménagement et les choix publics qui touchent à notre vie quotidienne.

On parle beaucoup de la crise de la politique. Pourtant, face aux urgences actuelles, nous avons besoin plus que jamais de politique. Ce qui est en cause en réalité, c’est notre modèle étriqué de démocratie représentative qui érige un mur entre “dirigeants” et “dirigés” et qui a peur des citoyens conscients. C’est le politique lui-même qui se discrédite, lorsqu’il s’efface devant l’économie et les experts, censés dicter les seules solutions possibles, en l’absence de tout débat démocratique. Si, en effet, il n’y a qu’une seule réponse possible, s’il n’y a plus de projet, à quoi sert donc le politique ?

Nous ne voulons plus de cette politique-là. Nous voulons donner à la politique le rôle qui devrait être le sien dans la société : donner du sens à notre vie commune, permettre à chacune et à chacun d’entre nous de se retrouver dans une aventure collective. Pour cela, la politique ne peut plus rester le domaine réservé de professionnels de la politique, elle doit être largement partagée : c’est pourquoi les citoyens doivent se réapproprier le pouvoir de décision.

Rendre ce pouvoir au citoyen, c’est d’abord lui assurer une vie décente, car personne ne peut remplir vraiment son rôle de citoyen s’il vit dans l’angoisse du lendemain, c’est reconnaitre sa dignité et sa valeur quelle que soit sa situation. C’est donner à une vie associative riche et indépendante les moyens de se développer. C’est aussi préserver et développer les services publics, en démocratiser profondément la gestion, au plus près des personnes intéressées. C’est refuser que le travailleur perde sa qualité de citoyen lorsqu’il franchit la porte de l’entreprise. C’est instaurer à tous les niveaux la démocratie participative, en permettant à chacun de participer à l’élaboration des décisions qui le concernent, c’est accepter les débats publics contradictoires sur toutes les grandes questions de société, au lieu de décider dans le secret. C’est démocratiser les institutions de notre République, renforcer la décentralisation en lui donnant des règles claires et les moyens réels de son exercice, généraliser les évaluations des politiques publiques et rendre compte aux citoyens de l’action de ses élu-e-s. C’est enfin aller vers une VIe République par la voie d’un référendum . Il est temps en effet que la parité entre hommes et femmes soit une réalité, que le renouvèlement de nos représentants soit assuré par une limitation drastique du cumul des mandats, que notre Parlement accueille la diversité des opinions grâce à des élections proportionnelles, que les citoyens aient un droit d’initiative législatif auprès d’un Parlement renforcé.

Il est temps enfin que politique rime avec éthique grâce à la réforme du statut pénal du chef de l'État.

Nous voulons promouvoir cette autre conception de la politique. L’approfondissement de la démocratie conditionne aujourd’hui la capacité de la société à maitriser son avenir, au lieu d’être le jouet des forces économiques dominantes.

Septembre 2006