visites de visiteurs

Les Verts des Pays d'Evreux Avre et Iton

_____________________________________________

jeudi 12 avril 2007

Dans quelques jours, dans quelques heures...


Après six mois de campagne électorale, les candidats ont eu tout le loisir de présenter s'ils le souhaitaient et s'ils le pouvaient leur programme pour les cinq années à venir. Moins de la moitié des candidats s'appuient en effet sur un programme consultable par les électeurs. Chacun devrait y trouver les grandes orientations politiques pour la France de demain ainsi que les solutions proposées pour remédier aux problèmes d'aujourd'hui.

Depuis six mois, jour après jour, Dominique VOYNET n'a eu de cesse de présenter, d'expliquer et de développer le programme des Verts, avec toute la difficulté de le faire face à des médias pas toujours prêts à l'écouter avant de la critiquer. Dans les semaines à venir, elle sera relayée par les candidats Verts aux législatives qui à ce jour se présentent sur l'ensemble des circonscriptions du territoire, et notamment Jacqueline FIHEY qui se présente sur la 1ère circonscription d'Évreux.

De leur côté, les grandes ONG françaises ont interpellé les candidats sur les sujets qui les intéressent au premier chef.

Ainsi, L'Alliance pour la Planète, forte de 71 associations, ONG, acteurs majeurs de l'écologie, a retrouvé dans le programme des Verts et de Dominique VOYNET la quasi totalité des mesures choisies pour évaluer la prise en compte des enjeux écologiques par les candidats. Dominique VOYNET est donc classée en tête, devant tous les autres candidats pour ses propositions environnementales.

Ainsi le collectif État d'Urgence Planétaire, constitué de 22 grandes organisations non gouvernementales représentant 300 000 membres, classe le programme des Verts en matière de solidarité internationale loin devant tous les autres partis et candidats.

Ainsi, la Ligue des Droits de l'Homme classe notre programme premier pour son traitement des droits de l'Homme, de la démocratie et de la citoyenneté.

Ce programme que propose et défend Dominique VOYNET est reconnu par tous les grands acteurs de terrain comme étant celui qui répond le mieux aux grandes aspirations humanistes qui feront le XXIème siècle.

C'est pourquoi vous trouverez sur la profession de foi de Dominique VOYNET, les signes de reconnaissance qu'ont souhaité apporter des personnalités telles que Alain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue de protection des oiseaux, Nicolas Hulot ou encore Sébastien Genest, président de France Nature Environnement, qui fédère près de 3000 associations de défense de l'environnement.

A quelques jours, à quelques heures de devoir choisir, il n'est pas inutile de revoir ce qui fait l'enjeu majeur de cette élection.

Ma photo

L’heure n’est plus à savoir qui avait raison ni à compter les points entre partisans du Oui ou du Non, elle est à réconcilier l’Europe existante avec nos objectifs de développement soutenable, d’ouverture au monde, de solidarité, de vivre mieux et de démocratie.

C’est à cette tâche que nous nous attelons avec Les Verts européens. C'est à cette tâche que nous souhaitons voir s'atteler le prochain gouvernement. Les Verts ont choisi le chemin d’une Europe qui porte d’autres dynamiques que le productivisme et le libéralisme, d’une Europe qui soit le ferment d’une communauté de destin entre ses peuples et ses citoyens, d’une Europe plus solidaire et plus démocratique, d’une Europe reliée aussi aux peuples, indissociables de son passé comme de son avenir, du pourtour méditerranéen. Notre Europe n’est pas une forteresse, elle est ouverte aux vents du monde !

Les nouveaux convertis à la grande cause écologique ont-ils pris la mesure de cette urgence ? D’un côté, ils rassurent ceux qui se préoccupent d’environnement et de l’autre, ils assurent aux industries polluantes et au monde financier que surtout rien ne viendra troubler leur course aux profits.

C’est la grandeur des Verts que d’avoir toujours dit qu’il n’y aura pas d’engagement majeur pour l’écologie, que nous ne résoudrons pas la crise écologique, sans répondre à ceux qui se demandent comment ils vont finir leur mois, à ceux qui craignent pour leur avenir à cause de la consonance de leur nom, à ceux qui, ce soir encore, ne savent pas où se loger. Répondre aux défis pour notre planète passe par un plan de lutte contre l’exclusion, par une vraie politique de la ville assurant les mêmes services au centre ville, dans les banlieues et les zones rurales, par une lutte sans faiblesses contre les discriminations.

Après cinq ans de casse sociale, de reculs environnementaux et de racisme latent légitimés par les propos stigmatisants d’un ancien ministre, candidat aux plus hautes fonctions, nous savons sans aucun doute qu’il n’y a RIEN à attendre de la droite pour répondre aux défis de la planète.

Parce qu’il est anti-social, parce qu’il stigmatise des populations entières et érige des barrières encore plus hautes là ou nous voudrions abolir les frontières, parce qu’il est libéral et productiviste, c’est sans hésitation aucune que les Verts veulent battre Nicolas Sarkozy. Alors la gauche a le devoir de proposer une alternative crédible. Mais nous ne le battrons pas sans projet, ni programme.

Alors, ceux qui voudront faire exister l’écologie au soir du 22 Avril et pour les cinq ans à venir ne peuvent hésiter. Il n’y a qu’un seul bulletin c’est le bulletin Vert.
C’est celui qui nous permet de transformer la réalité. Quels autres élus auraient osé refuser la vidéo surveillance, toucher aux autoroutes ou au dogme du tout voiture à Paris ?

Les élus Verts prouvent chaque jour à nos alliés socialistes qu’il est d’autres politiques que le renoncement.

Il reste quelques jours, quelques heures pour affirmer notre volonté. Le vote utile, c’est celui pour nous et pour maintenant, mais c’est aussi celui qui prépare l’avenir de nos enfants et petits-enfants.

Avec confiance dans notre capacité à ouvrir cet autre chemin, le 22 avril nous irons mettre dans l’urne un bulletin au nom de Dominique VOYNET car il n’y a pas d’alternative sans les Verts.

Vous tous engagés pour la défense de la faune et de la flore, de l’environnement, militants de la décroissance et de l’économie solidaire, des droits de l'Homme, de la solidarité Nord-Sud, vous pouvez compter sur nous, mais rien ne se fera sans vous.


Le danger est réel, il est aussi démocratique. Parce que ce qui a bouillonné à petit feu dans cette campagne, c’est une cuisine qui a un sale goût : celui de l’arrière-cour de l’extrême droite. Celle qui désigne les coupables au lieu de proposer des solutions, celle qui attise la haine pour mieux faire semblant d’y répondre.


Jacqueline Fihey

Candidate aux élections Législatives
1ère circonscription de l'Eure

Benoît Fenault
Secrétaire des Verts
des pays d'Évreux, Avre et Iton

A diffuser sans modération

Aucun commentaire:

RENCONTRES

Législatives 2007 :
Vous avez rencontré Jacqueline Fihey et Jean-Yves GUYOMARCH candidats des Verts sur la 1ère circonscription de l'Eure :


..
- Marché de St André de l'Eure, vendredi 23 mars et 8 juin
- Réunion publique à St André de l'Eure, vendredi 30 mars à 18h00, mairie.


.
Aspiration, La Madeleine, Verneuil-Sur-Avre. by John Taylor Arms
- Marché de Verneuil, samedi 28 avril
- Réunion publique à Verneuil sur Avre, Jeudi 10 mai , Salle Magali - Maison du Four - Avenue André Chasles


Mairie de Breteuil-sur-Iton
- Marché de Breteuil, mercredi 4 avril et 6 juin
- Réunion publique à Breteuil sur Iton, jeudi 12 avril à 20h00, salle des Richards, près de l'école maternelle



L'image “http://ville.menilles.free.fr/photoindex/2.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

- Marché de Ménilles, dimanche 8 avril


L'image “http://tcpacy.free.fr/images/LogoPacy.GIF” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
- Marché de Pacy sur Eure, jeudi 12 avril et 7 juin
- Réunion publique à Pacy sur Eure, mardi 17 avril à 20h00, salle Leclerc, 80 rue A. Briand


- Marché de Damville, mardi 15 mai et 5 juin
- Réunion publique à Damville, mercredi 23 mai à 20h00


- Marché de Nonancourt, mercredi 23 mai
- Réunion publique à Nonancourt, mardi 29 mai à 20h00

...
- Marché de Évreux centre-ville, samedi 19 et 26 mai.................
- Marché de Évreux La Madeleine, dimanche 20, 27 mai, 3 juin

- Marché de Évreux place Clémenceau, jeudi 24 mai..............

- Marché de Évreux Nétreville, mercredi A-M 30 mai et 6 juin......
- Réunion publique à Évreux, avec Cécile DUFLOT, secrétaire nationale des Verts, mercredi 6 juin.

- Ballade " A la découverte des pertes et résurgences de l'Iton " avec Jacqueline FIHEY, samedi 5 mai après-midi _______________________________________________________


Municipales 2008 :
Vous souhaitez assister ou participer aux réunions thématiques, vous y êtes cordialement invité(es). Rejoignez le collectif CHAMPS LIBRES.

...........................................L'image “http://www.evreux.fr/upload/rubriques/dcouverte260.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


CHAMPS LIBRES
........................................................................................
Commission Vivre ensemble :
........................................................................................
Assemblée Générale Collectif Vert et Ouvert :

........................................................................................
Commission Education - Emploi :

........................................................................................

Commission Environnement :
........................................................................................
Réunion du bureau du collectif :
........................................................................................
Commission Culture :

........................................................................................
Commission Démocratie participative :

Faire de chaque citoyen un acteur engagé

Attaques contre les droits démocratiques, insécurité sociale croissante, dégradation des services publics et recul de l’État-providence sous l’effet de politiques soumises aux diktats d’une adaptation de notre société aux exigences de la mondialisation libérale, c'est le résultat des politiques libérales et sociales libérales menées depuis des années à des degrés divers.

Voilà 5 ans maintenant que la droite est revenue aux affaires, ce sont quatre ans qui n’ont fait qu’aggraver la situation, 4 ans de reculs aussi dans le domaine environnemental, avec un gouvernement qui s’est érigé en syndicat des lobbies de la chasse, des bétonneurs du littoral, de la route, de l’industrie chimique, du nucléaire, des OGM, et qui brille par son inaction face aux changements climatiques et à la crise de l’énergie. 5 ans de contre-réformes.

Cette entreprise de démolition a été menée avec constance, en dépit des oppositions qu’elle n’a cessé de rencontrer parmi les classes défavorisées et une partie des classes moyennes, grandes victimes de cette politique, ce qui montre le peu de cas que ce gouvernement fait de la démocratie. Mais pouvions-nous en douter ?

Lorsque nos dirigeants ne cessent de marteler, jour après jour, et les média derrière eux, que c’est l’économie qui commande et que le politique ne peut rien faire, si ce n’est à la marge, il n’est pas étonnant que la politique suscite une défiance croissante chez le citoyen.

Et pourtant, contrairement à ce que l’on entend souvent, nos concitoyens manifestent en maintes circonstances leur intérêt pour le débat et pour l’action collective.

Et ce, même s’ils le font en dehors des partis politiques et des institutions : ainsi, les banlieues défavorisées ne sont pas seulement des lieux de désespérance, elles témoignent souvent d’une grande richesse d’initiatives.

Ou regardons avec quel “appétit” de débat la société s’est saisie du projet de traité constitutionnel pour l’Europe, ou encore l’intérêt que suscitent les projets d’aménagement et les choix publics qui touchent à notre vie quotidienne.

On parle beaucoup de la crise de la politique. Pourtant, face aux urgences actuelles, nous avons besoin plus que jamais de politique. Ce qui est en cause en réalité, c’est notre modèle étriqué de démocratie représentative qui érige un mur entre “dirigeants” et “dirigés” et qui a peur des citoyens conscients. C’est le politique lui-même qui se discrédite, lorsqu’il s’efface devant l’économie et les experts, censés dicter les seules solutions possibles, en l’absence de tout débat démocratique. Si, en effet, il n’y a qu’une seule réponse possible, s’il n’y a plus de projet, à quoi sert donc le politique ?

Nous ne voulons plus de cette politique-là. Nous voulons donner à la politique le rôle qui devrait être le sien dans la société : donner du sens à notre vie commune, permettre à chacune et à chacun d’entre nous de se retrouver dans une aventure collective. Pour cela, la politique ne peut plus rester le domaine réservé de professionnels de la politique, elle doit être largement partagée : c’est pourquoi les citoyens doivent se réapproprier le pouvoir de décision.

Rendre ce pouvoir au citoyen, c’est d’abord lui assurer une vie décente, car personne ne peut remplir vraiment son rôle de citoyen s’il vit dans l’angoisse du lendemain, c’est reconnaitre sa dignité et sa valeur quelle que soit sa situation. C’est donner à une vie associative riche et indépendante les moyens de se développer. C’est aussi préserver et développer les services publics, en démocratiser profondément la gestion, au plus près des personnes intéressées. C’est refuser que le travailleur perde sa qualité de citoyen lorsqu’il franchit la porte de l’entreprise. C’est instaurer à tous les niveaux la démocratie participative, en permettant à chacun de participer à l’élaboration des décisions qui le concernent, c’est accepter les débats publics contradictoires sur toutes les grandes questions de société, au lieu de décider dans le secret. C’est démocratiser les institutions de notre République, renforcer la décentralisation en lui donnant des règles claires et les moyens réels de son exercice, généraliser les évaluations des politiques publiques et rendre compte aux citoyens de l’action de ses élu-e-s. C’est enfin aller vers une VIe République par la voie d’un référendum . Il est temps en effet que la parité entre hommes et femmes soit une réalité, que le renouvèlement de nos représentants soit assuré par une limitation drastique du cumul des mandats, que notre Parlement accueille la diversité des opinions grâce à des élections proportionnelles, que les citoyens aient un droit d’initiative législatif auprès d’un Parlement renforcé.

Il est temps enfin que politique rime avec éthique grâce à la réforme du statut pénal du chef de l'État.

Nous voulons promouvoir cette autre conception de la politique. L’approfondissement de la démocratie conditionne aujourd’hui la capacité de la société à maitriser son avenir, au lieu d’être le jouet des forces économiques dominantes.

Septembre 2006